Munich: aucun lien apparent avec un groupe terroriste

La police a mené une perquisition dans l'appartement... (AFP/DPA, Tobias Has)

Agrandir

La police a mené une perquisition dans l'appartement du tireur.

AFP/DPA, Tobias Has

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Associated Press
Munich

Des perquisitions effectuées dans la résidence du tireur qui a tué neuf personnes et en a blessé 16 autres vendredi soir à Munich, en Allemagne, n'ont pas permis d'établir un lien entre l'individu et une organisation terroriste.

L'heure était au recueillement, samedi, à Munich. Des... (AP, Sebastian Widmann) - image 1.0

Agrandir

L'heure était au recueillement, samedi, à Munich. Des citoyens ont déposé fleurs et lampions près des lieux du drame.

AP, Sebastian Widmann

Le jeune homme souffrait de problèmes de dépression et avait été traité en psychiatrie.

C'est ce qu'a indiqué samedi en conférence de presse le chef de police de Munich, Hubertus Andrae.

L'homme de 18 ans, né et élevé dans un quartier défavorisé de Munich au sein d'une famille d'origine iranienne, a agi seul et s'est enlevé la vie après son massacre. Son corps a été trouvé dans un parc, à environ un kilomètre et demi du centre commercial où s'est déroulée la fusillade.

Selon le chef Andrae, l'individu semblait avoir une fascination pour les fusillades. On a d'ailleurs trouvé chez lui un livre portant sur le sujet intitulé: «Rampage in Head: Why Students Kill».

Les victimes de la tuerie de Munich sont des jeunes âgés entre 14 et 21 ans, et une femme de 45 ans. Trois des 16 blessés sont dans un état critique.

La police avait d'abord cru que l'attaque avait été orchestrée par au moins trois individus, ce qui ne s'est pas avéré.

Angela Merkel en conférence de presse, samedi.... (AFP, TOBIAS SCHWARZ) - image 2.0

Agrandir

Angela Merkel en conférence de presse, samedi.

AFP, TOBIAS SCHWARZ

Problèmes psychiatriques et lien avec Breivik

La fusillade qui a ensanglanté Munich vendredi soir a été perpétrée par un forcené souffrant de problèmes psychiatriques, sans lien avec le djihadisme, qui a voulu «faire un lien» avec le massacre commis il y a cinq ans en Norvège par Anders Behring Breivik.

«Nous partons du principe qu'il s'agit dans cette affaire d'un acte classique d'un forcené» ayant agi «sans motivation politique», a déclaré samedi à la presse le procureur de Munich Thomas Steinkraus-Koch, au lendemain de la tuerie.

«Il n'y a pas d'autres raisons» à cet acte qui a fait 9 morts et 16 blessés, a-t-il assuré.

«Nous avons trouvé des éléments montrant qu'il se préoccupait des questions liées aux forcenés» auteurs de tueries, notamment des livres et des articles de journaux, a précisé le chef de la police de Munich, Hubertus Andrä.

«Il n'y a absolument aucun lien avec le groupe État islamique», a-t-il dit.

Le tueur, un Germano-Iranien de 18 ans identifié comme David Ali Sonboly, né à Munich et qui fréquentait une école de la ville, a ouvert le feu sur des passants vendredi soir dans un centre commercial et à promixité.

Après la tuerie, il a été blessé par un tir d'une patrouille de police puis il s'est donné la mort. Dans son sac à dos, les enquêteurs ont retrouvé environ 300 munitions, suggérant qu'il avait à l'origine l'intention de tuer un nombre encore beaucoup plus important de personnes.

Surtout, les enquêteurs ont aussi établi une connexion entre la fusillade et le tueur norvégien Anders Behring Breivik.

«Le lien est évident», a dit M. Andrä, en soulignant que la fusillade était intervenue 5 ans jour pour jour après le massacre de 77 personnes par l'extrémiste de droite Breivik, le 22 juillet 2011.

Un piège via Facebook 

Le jeune homme était semble-t-il fasciné par les tueries de masse en tant que telles. En revanche, rien n'indique qu'il ait partagé les opinions politiques radicales du Norvégien.

L'auteur de la fusillade, détenteur de la double nationalité allemande et iranienne, a agi seul et n'était pas connu des services de police.

Il a, selon la police, probablement tendu un piège à un certain nombre des victimes en «piratant» un compte Facebook, afin de les attirer sur les lieux de la tuerie, un établissement de restauration rapide McDonald.

La plupart des victimes sont très jeunes, adolescents et jeunes adultes, avec lesquelles il a pu être en contact avant les faits. Parmi les personnes décédées figurent trois Kosovars, trois Turcs et un Grec.

La police avait indiqué vendredi soir dans un premier temps «soupçonner un acte terroriste», avant de se montrer par la suite beaucoup plus prudente.

AVEC AFP 

Merkel évoque «une nuit d'horreur»

La chancelière allemande Angela Merkel a évoqué «une nuit d'horreur» au lendemain de la fusillade de Munich perpétrée vendredi par un jeune de 18 ans souffrant de troubles psychiatriques, qui a tué neuf personnes avant de se donner la mort.

«Les gens à Munich ont derrière eux une nuit d'horreur», a-t-elle dit samedi à l'occasion de sa première réaction après la fusillade dans un centre commercial, «une telle soirée est pour nous tous difficile à supporter».

«Nous tous, et je le dis au nom de l'ensemble du gouvernement, pleurons avec le coeur lourd ceux qui plus jamais ne rentreront dans leurs familles», a-t-elle ajouté depuis la chancellerie à Berlin.

La dirigeante conservatrice a rendu hommage aux Munichois, notamment à ceux qui ont ouvert leurs portes aux personnes errantes dans la ville après que la ville s'est retrouvée en quasi-état de siège.

Ils ont montré que «nous vivons dans une société libre et qui fait preuve d'humanité», a-t-elle souligné. C'est dans ces valeurs que réside «notre grande force», selon elle.

Le tueur, un jeune Germano-Iranien, a tué neuf personnes et blessés seize autres vendredi en fin d'après-midi avant de prendre la fuite et de se suicider non loin du centre commercial. Son corps avait été retrouvé dans la soirée.

La plupart des victimes sont des adolescents ou des jeunes et les autorités ont évoqué l'acte d'un forcené souffrant d'une forme de dépression. En aucun cas son geste n'apparaît lié à une quelconque motivation islamiste, selon la police.

Partager

À lire aussi

  • Un jeune de 18 ans sème la terreur à Munich

    Monde

    Un jeune de 18 ans sème la terreur à Munich

    Un Germano-Iranien âgé de 18 ans a semé la terreur vendredi dans un centre commercial de Munich, dans le sud de l'Allemagne, abattant neuf personnes... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer