La purge en Turquie expliquée

9000 policiers, gendarmes et fonctionnaires ont été démis... (AP)

Agrandir

9000 policiers, gendarmes et fonctionnaires ont été démis de leurs fonctions ont été démis de leurs fonctions après le coupé d'État raté.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Agence France-Presse
Istanbul

Sous l'oeil inquiet de ses partenaires internationaux, le pouvoir turc poursuivait une purge généralisée de l'armée, de la justice et de l'appareil d'État pour raffermir son contrôle du pays quatre jours après le meurtrier putsch manqué contre le régime du président Recep Tayyip Erdogan.

Tableau de chasse post-coup d'État

Vingt-six généraux et amiraux, dont l'ancien chef de l'armée de l'air, le général Akin Oztuk, ont été placés en détention préventive, inculpés notamment d'avoir tenté de renverser l'ordre constitutionnel et de tentative d'assassinat contre le président Recep Tayyip Erdogan. Le général Oztürk, qui est apparu hagard avec un pansement sur l'oreille au tribunal, a nié toute implication.

Au total, selon le premier ministre Binali Yildirim, 6038 militaires, 755 magistrats et 100 policiers ont été placés en garde à vue. Parmi eux figurent 118 généraux et amiraux.

Des demandes de placement en garde à vue ont aussi été émises contre 2854 juges et procureurs. Par ailleurs, 9000 policiers, gendarmes et fonctionnaires ont été démis de leurs fonctions.

Qui est l'instigateur

Selon le pouvoir, l'instigateur du putsch est Fethullah Gülen, ennemi juré d'Erdogan depuis 2013 après avoir été son meilleur allié. A la tête d'un réseau actif dans une centaine de pays, cet influent prédicateur, installé aux États-Unis depuis 1999, a démenti toute implication.

Ankara réclame son extradition à Washington, mais selon le gouvernement américain, la capitale n'a pas encore déposé de demande formelle en ce sens, ni fourni de preuve de son implication.

Au niveau opérationnel, la tentative de renversement du régime semble avoir été le fait d'une minorité de militaires sans soutien dans la haute hiérarchie.

Pour la première fois dans la riche histoire des coups d'État militaires en Turquie, l'état-major n'a pas pris les commandes, son chef ayant même été pris en otage par les rebelles à Ankara.

De la précipitation à l'inquiétude

Les grandes capitales ont soutenu, quoique sans précipitation, le gouvernement turc démocratiquement élu la nuit du putsch, mais l'ampleur et la rapidité des purges a vite provoqué leur inquiétude. Elles ont mis en garde Erdogan contre toute tentation d'exploiter le putsch pour en finir avec une démocratie et des libertés qu'il est déjà accusé d'avoir beaucoup malmené.

«Nous appelons le gouvernement de Turquie à respecter les institutions démocratiques de la nation et de l'État de droit», a martelé le secrétaire d'État américain, John Kerry, à l'issue lundi d'une réunion à Bruxelles avec les ministres des Affaires étrangères de l'UE.

«Nous disons aujourd'hui que l'Etat de droit doit être protégé pour le bien» de la Turquie, a déclaré de son côté la représentante de la diplomatie européenne, Federica Mogherini

«L'ordre constitutionnel doit être totalement préservé en vertu des principes de démocratie et des droits fondamentaux, y compris le respect total de la liberté d'expression et de réunion et de procès en bonne et due forme», selon l'ONU.

M. Erdogan s'est aussi attiré une ferme mise en garde de l'UE pour avoir évoqué un rétablissement de la peine de mort, abolie en 2004. Mme Mogherini, lui a signifié que cela mettrait fin aux négociations d'adhésion du pays, ouvertes en 2005.

Le commissaire européen à l'Elargissement Johannes Hahn, chargé du dossier de la candidature turque à l'UE, a même suggéré que le gouvernement turc profitait de l'occasion pour se débarrasser de gêneurs déja fichés avant le coup d'état manqué.

Face à cette volée d'avertissements, le premier ministre turc Binali Yildirim a rejeté mardi tout «esprit de vengeance», qui est «inacceptable dans l'Etat de droit».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer