Nice: toujours 18 personnes dans un état critique

Des policiers montent la garde à l'entrée de... (PHOTO JEAN-PIERRE AMET, REUTERS)

Agrandir

Des policiers montent la garde à l'entrée de l'hôpital Pasteur de Nice, le 15 juillet.

PHOTO JEAN-PIERRE AMET, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Catherine Marciano
Agence France-Presse
Nice

Pendant que les autorités poursuivent leur travail d'enquête et comprennent de mieux en mieux le profil de l'auteur de l'attentat, qui a sillonné les lieux la veille et l'avant-veille du drame, dix-huit personnes luttent toujours pour leur vie.

Le profil de l'auteur de l'attentat de Nice revendiqué par le groupe djihadiste État islamique se précisait dimanche avec des signes de préméditation, l'exécutif français cherchant lui à donner des gages de ses efforts antiterroristes face aux critiques.

Selon une source proche des enquêteurs français, le Tunisien Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait repéré les lieux avec son camion les 12 et 13 juillet avant le carnage du 14 juillet, jour de fête nationale en France, qui a fait 84 morts sur la Promenade des Anglais à Nice.

Plusieurs témoins interrogés, parmi la centaine déjà entendue, ont par ailleurs évoqué pour la première fois la religiosité du Tunisien Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, inconnu des services de renseignement français. Son père avait affirmé qu'il n'avait «aucun lien avec la religion».

Selon les premiers témoignages de voisins, l'assaillant, présenté par l'EI dans sa revendication comme «un soldat de l'État islamique», semblait avoir un profil de déséquilibré, multipliant les «crises» avec sa famille.

Dimanche, les autorités ont procédé à deux nouvelles interpellations, un homme et une femme, selon une source judiciaire. Quatre hommes de l'entourage de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel étaient toujours en garde à vue tandis que son ex-épouse a été libérée.

Selon le témoignage de l'un des hommes en garde à vue, rapporté à l'AFP par son avocat Jean-Pascal Padovani, le tueur était «intégré à Nice, il connaissait beaucoup de monde». Les clients d'une salle de sport que fréquentait l'assaillant ont pour leur part évoqué un «frimeur» et un «dragueur».

«Il semble qu'il se soit radicalisé très rapidement», avait déclaré samedi le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve après une réunion de crise du gouvernement.

En fonçant à bord d'un poids lourd frigorifique sur la foule rassemblée sur la Promenade des Anglais à Nice, le soir de la fête nationale, le tueur a écrasé 200 personnes sur deux kilomètres. Parmi les morts, figurent dix enfants et adolescents ainsi qu'au moins 17 étrangers.

La communauté russe de Nice a payé un lourd tribut, selon ses représentants, avec «au moins une dizaine de personnes» tuées ou blessées.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer