L'extrême-droite blâme l'administration Hollande pour Nice

Marine Le Pen, qui est à la tête du parti d'extrême droite français Front... (AFP, Alain Jocard)

Agrandir

AFP, Alain Jocard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Agence France-Presse
Paris

Marine Le Pen, qui est à la tête du parti d'extrême droite français Front national, a appelé samedi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à la démission après l'attentat de Nice, dénonçant les «carences gravissimes» de l'État depuis la vague d'attaques déclenchée en 2015.

«Dans n'importe quel pays du monde, un ministre au bilan aussi épouvantable que Bernard Cazeneuve - 250 morts en 18 mois - aurait démissionné», a déclaré Mme Le Pen, en référence au bilan total des victimes des attentats de janvier et novembre 2015 et du 14 juillet à Nice (sud-est).

«Nous voyons un président de la République, un Premier ministre et un ministre de l'Intérieur passer leur temps à commenter des attentats, à dire qu'il était impossible de les éviter, à sermonner tous ceux qui osent critiquer leur inaction et à continuer à donner des leçons à la terre entière sans jamais se remettre en cause», a-t-elle lancé lors d'une conférence de presse.

Plusieurs responsables de l'opposition de droite et d'extrême droite ont dénoncé des failles dans la sécurité après l'attaque au camion bélier menée jeudi soir à Nice, qui a fait 84 morts dont 10 enfants.

Pour Mme Le Pen, cet attentat est «la conséquence d'une idéologie meurtrière qu'on laisse se développer dans notre pays, l'idéologie du fondamentalisme islamiste».

«Les gouvernements que la France connaît depuis des décennies n'ont eu de cesse de refuser d'agir, de préférer à la fermeté et à l'autorité la culture de l'excuse, de la compréhension», a insisté Mme Le Pen, en s'en prenant également au chef de file de la droite, l'ancien président Nicolas Sarkozy, qu'elle a accusé d'avoir «affaibli l'État» et «mené une politique étrangère suicidaire».

«Une telle crise doit nous amener à dire: Hollande, Valls, Cazeneuve (le ministre de l'Intérieur), Sarkozy, et consorts, plus jamais ça, plus jamais eux, plus jamais une telle incapacité, plus jamais un tel renoncement au pouvoir», a-t-elle conclu, plaidant pour «éradiquer l'islamisme radical».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer