Festivals annulés en France, solidarité à Avignon

Des officiers de police et un soldat restent... (Associated Press)

Agrandir

Des officiers de police et un soldat restent postés près du lieu de l'attaque à Nice.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentat à Nice

International

Attentat à Nice

En pleines célébrations de la fête nationale française, la ville de Nice a été frappée par une attaque terroriste alors qu'un homme au volant de son camion a semé la mort parmi les gens massés sur la promenade des Anglais pour assister à des feux d'artifice. »

Agence France-Presse
Nice

Feux d'artifice et spectacles annulés, minute de silence ou lecture d'un texte: le monde de la culture et plusieurs villes ont choisi la solidarité vendredi au lendemain de l'attentat qui a endeuillé Nice lors des festivités du 14 juillet.

Au 56e festival Jazz à Juan de Juan-les-Pins près de Nice, qui a vu défiler depuis sa création en 1960 les plus grands noms de ce genre musical, les concerts sont annulés pendant quatre jours, de vendredi à lundi inclusivement, soit jusqu'à la fin du deuil national, a annoncé l'organisation du festival à l'AFP.

La manifestation parallèle «Jazz Off», avec des concerts prévus dans les rues et sur les places d'Antibes et de Juan-les-Pins, est quant à elle complètement annulée pendant toute la durée du festival. 

Certains festivals, en revanche, ont décidé de maintenir leur spectacle en marquant la tragédie par une minute de silence comme à La Rochelle au festival de chansons des Francofolies.

Au Festival de théâtre d'Avignon, c'est un texte qui est lu avant chaque représentation, pour inciter le public à se manifester par des applaudissements.

Voici l'intégrale du texte lu sur scène à Avignon:

«Dans cette journée de deuil, nous réaffirmons qu'un spectateur est une femme, un homme, un enfant engagé, sa seule présence fait mentir les ténèbres.

Etre ensemble aujourd'hui est notre force. C'est un geste de résistance.

Horatio dit à Hamlet "suspend ta douleur pour dire mon histoire".

Nous n'allons ni suspendre ni nier notre douleur, mais la dire sans interrompre la vie et notre solidarité avec les victimes.

Nous allons dire encore l'histoire commune, la commune présence et l'espoir que nous nous donnons les uns aux autres.

Face à ceux qui veulent imposer le silence, nous vous proposons non pas de faire une minute de silence mais d'applaudir ensemble les forces de vie.

Le Festival d'Avignon»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer