Cour suprême: Trump veut la tête de la doyenne

La doyenne de la Cour suprême des États-Unis, Ruth... (Photo Cliff Owen, Archives AP)

Agrandir

La doyenne de la Cour suprême des États-Unis, Ruth Bader Ginsburg, 83 ans, a décidé de s'affranchir de son devoir de réserve dans deux interviews cette semaine en exprimant ses préférences politiques.

Photo Cliff Owen, Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Agence France-Presse

Donald Trump a exigé mercredi la démission de la doyenne de la Cour suprême des États-Unis, en l'accusant d'avoir «perdu la boule» après que la magistrate octogénaire eut traité d'«imposteur» le candidat républicain à la présidentielle.

Il est exceptionnel qu'un juge de la Cour suprême américaine exprime ses préférences politiques. Mais Ruth Bader Ginsburg, 83 ans, a clairement décidé de s'affranchir de son devoir de réserve dans deux interviews cette semaine qui font couler beaucoup d'encre.

«C'est un imposteur», a-t-elle déclaré à CNN au sujet de Donald Trump. «Il n'a aucune cohérence. Il dit à tout moment ce qui lui traverse la tête. Il est vraiment égocentrique».

Le candidat républicain a répliqué mercredi matin à la juge progressiste, dans un tweet sous-entendant qu'elle devenait sénile.

«La juge (Ruth Bader) Ginsburg de la Cour suprême des Etats-Unis nous a plongés dans l'embarras avec ses commentaires vraiment stupides à mon sujet. Elle a perdu la boule. Qu'elle démissionne!», a écrit M. Trump.

Depuis le décès inattendu en février du magistrat conservateur Antonin Scalia, la Cour suprême ne compte plus que huit juges, quatre conservateurs et quatre progressistes dont Ruth Bader Ginsburg.

Le prochain président élu en novembre nommera --à vie-- le neuvième juge, faisant basculer la juridiction d'un côté ou de l'autre.

Dans une autre interview au New York Times, Ruth Bader Ginsburg a souligné que cet enjeu était crucial.

«Je me refuse à imaginer ce que l'on deviendrait --ce que ce pays deviendrait-- si Donald Trump était président», a déclaré la juge.

«Pour le pays, cela pourrait être l'affaire de quatre ans. Pour la Cour, cela pourrait... je ne veux même pas l'envisager».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer