Le procès VatiLeaks finit en queue de poisson

Le journaliste italien Gianluigi Nuzzi brandit son livre... (AFP, Gabriel Bouys)

Agrandir

Le journaliste italien Gianluigi Nuzzi brandit son livre Via Crucis alors qu'il arrive au Vatican pour connaître le verdict de son procès.

AFP, Gabriel Bouys

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Associated Press
Vatican

Un procès qui perdurait depuis huit mois au Vatican s'est terminé en queue de poisson, jeudi, quand le tribunal a annoncé qu'il n'avait pas la juridiction pour accuser ou condamner deux journalistes qui ont dévoilé des renseignements confidentiels.

Le tribunal a toutefois reconnu un membre du clergé et une experte italienne en communications coupables d'avoir comploté pour transmettre des documents aux journalistes.

La secrétaire du religieux a été acquittée.

Le verdict est gênant pour les procureurs du Vatican, qui accusaient les journalistes de complot et d'avoir fait pression sur les trois autres accusés. Les procureurs accusaient aussi ces trois individus d'avoir formé une organisation criminelle qui avait comploté pour dévoiler des documents confidentiels du Vatican.

En bout de compte, le président du comité de quatre magistrats, le juge Giuseppe Dalla Torre, a déterminé que le Vatican n'a pas juridiction sur les deux journalistes. Il a aussi déclaré que les preuves sont insuffisantes pour démontrer l'existence d'une telle organisation criminelle.

Travail de journaliste

Accusations de chantage et d'atteinte à la liberté de la presse, piraterie informatique, sexe: rien n'a manqué dans cette affaire qui avait démarré en novembre, après des fuites de documents confidentiels retrouvés dans deux livres choc sur des malversations financières au sein du petit État.

La décision de traduire en justice les deux journalistes auteurs de ces livres, Gianluigi Nuzzi et Emiliano Fittipaldi, avait soulevé une vive polémique. Acquittés, le tribunal s'étant déclaré incompétent, ils ont salué cette décision.

«Nous avons été acquittés parce que nous avons bien fait notre travail de journalistes», a ainsi déclaré M. Nuzzi. «Le Vatican a été courageux», a jugé de son côté M. Fittipaldi peu après l'énoncé du verdict.

«Fallait-il le faire?» s'est interrogé le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, dans une note écrite revenant sur ce procès controversé. «Oui, parce qu'il y a une loi [...] contre la fuite d'informations», a-t-il répondu, soulignant qu'en «aucune façon il s'agissait d'un procès contre la liberté de la presse».

Ce nouveau scandale, véritable chemin de croix pour le Vatican, survient après un premier Vatileaks en 2012 dans l'entourage de Benoît XVI. Le majordome du pape avait été lui aussi condamné à 18 mois de prison pour avoir divulgué des documents confidentiels, mais avait été ensuite gracié par Benoît XVI.  Avec AFP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer