Attentats d'Istanbul: le bilan passe à 41 morts

Selon les autorités, des explosions ont d'abord eu... (AP, Emrah Gurel)

Agrandir

Selon les autorités, des explosions ont d'abord eu lieu à l'entrée du terminal des vols internationaux vers 22h (15h, heure du Québec). Les assaillants ont mitraillé des passagers ainsi que des policiers en fonction, une fusillade a éclaté et les kamikazes se sont fait sauter.

AP, Emrah Gurel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Pascale Trouillaud
Agence France-Presse
Istanbul

Au moins 41 personnes ont été tuées mardi soir quand des kamikazes ont attaqué l'aéroport international d'Istanbul. Le gouvernement turc a rapidement pointé du doigt le groupe armé État islamique.

Les responsables turcs essaient de comprendre comment les trois kamikazes ont frappé. Le bilan de 41 morts exclut les kamikazes, qui sont arrivés à l'aéroport à bord d'un taxi et qui se sont donnés la mort après avoir apparemment essuyé des tirs, selon le gouvernement.

Un responsable a indiqué sous le couvert de l'anonymat que les enquêteurs rencontrent des témoins et épluchent les images captées par des caméras de surveillance pour essayer de reconstruire la séquence des événements.

On ne sait pas exactement où, dans l'aéroport, les kamikazes se sont fait exploser. Le même responsable avait précédemment révélé que les kamikazes n'avaient jamais franchi les contrôles de sécurité à l'entrée de l'aéroport. Un aurait explosé dans un terrain de stationnement et les deux autres à la gare des arrivées internationales.

Le quotidien HaberTurk rapporte plutôt qu'un kamikaze est mort à l'extérieur de l'aérogare et que deux autres ont ouvert le feu à l'intérieur de l'aéroport, près des machines à rayons X. Un kamikaze se serait donné la mort après avoir été atteint d'une balle, alors qu'il tentait de s'enfuir parmi les passagers paniqués. Le troisième individu aurait lui aussi été atteint par les balles de la police avant de se faire exploser dans la gare des arrivées internationales.

Des images captées par des caméras de surveillance et diffusées à la télévision et en ligne montrent clairement que les passagers commencent à courir quelques secondes avant deux explosions différentes. Un autre homme semble tomber sous les balles de la police et échapper son arme.

Le bureau du gouverneur d'Istanbul évoque un bilan de 41 morts, dont 13 étrangers, et de plus de 230 blessés. Des ouvriers s'affairaient tôt mercredi à nettoyer les dégâts.

Le premier ministre Binali Yildirim a dit que tout porte à croire que le groupe armé État islamique, qui a fréquemment menacé de s'en prendre à la Turquie, est responsable.

«Même si les signes pointent en direction de Daesh, notre enquête se poursuit», a-t-il dit, en utilisant l'acronyme arabe du groupe djihadiste.

Plus d'une dizaine d'ambulances ont été dépêchées sirènes... (AFP, Ilhas News Agency) - image 2.0

Agrandir

Plus d'une dizaine d'ambulances ont été dépêchées sirènes hurlantes vers le terminal des vols internationaux, a indiqué la chaîne d'information CNN-Türk, tandis que de nombreux policiers se trouvaient sur les lieux.

AFP, Ilhas News Agency

Nombreuses attaques 

Plusieurs attaques à la bombe sont survenues dans les derniers mois en Turquie, la plupart revendiquées par des militants kurdes ou du groupe armé État islamique (ÉI).

Parmi celles-ci, deux ciblaient des touristes. Les autorités avaient alors jeté le blâme sur l'ÉI.

La fréquence des attaques a augmenté en Turquie, effrayant les voyageurs et portant atteinte à l'économie du pays, qui dépend des revenus en matière de tourisme.

L'aéroport Atatürk d'Istanbul arrivait l'an dernier au 11e rang des aéroports les plus fréquentés dans le monde, avec ses 61,8 millions de passagers, selon le Conseil international des aéroports. Il s'agit également d'un des établissements à connaître la croissance la plus rapide, avec une hausse annuelle de 9,2 % de voyageurs en 2015.

Le principal transporteur aérien ayant des activités à l'aéroport international d'Istanbul est Turkish Airlines. La compagnie Onur Air, qui propose des vols à rabais, est pour sa part la deuxième plus importante sur les lieux ciblés par l'attaque de mardi soir.

Washington assure Ankara de son soutien

Des parents étaient bien heureux de retrouver leurs... (AFP, Ozan Kose) - image 4.0

Agrandir

Des parents étaient bien heureux de retrouver leurs enfants sains et saufs après les attentats qui ont fait plus de 30 morts. 

AFP, Ozan Kose

Les États-Unis ont condamné des attaques «abominables» mardi à l'aéroport international Atatürk d'Istanbul, qui ont fait au moins 36 morts, assurant la Turquie de leur soutien, selon un communiqué de la Maison-Blanche.

Cet appui survient au moment où les relations entre Ankara et Washington sont tendues en raison du soutien explicite des Américains aux milices kurdes de Syrie.

«L'aéroport international Atatürk, comme l'aéroport de Bruxelles qui a été attaqué plus tôt cette année, est le symbole des connexions internationales et des liens qui nous unissent», a affirmé le porte-parole de l'exécutif américain, Josh Earnest.

«Nous restons loyaux dans notre soutien à la Turquie, notre allié et notre partenaire dans l'OTAN, comme avec tous nos amis et alliés dans le monde, alors que nous continuons à affronter la menace du terrorisme», a-t-il ajouté.

Trump et Clinton pour une fois sur le même ton

Les candidats à la présidentielle américaine de novembre ont eux aussi condamné le triple attentat-suicide.

«Le monde est sidéré et horrifié», a affirmé le républicain Donald Trump dans un communiqué. «La menace terroriste n'a jamais été aussi grande. Nos ennemis sont brutaux et impitoyables et feront tout pour tuer ceux qui ne se plient pas à leur volonté», a estimé le tonitruant milliardaire.

«Nous devons maintenant prendre des mesures pour protéger les Américains des terroristes et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour améliorer notre sécurité afin que l'Amérique reste sûre», a-t-il poursuivi.

Évoquant une attaque touchant «le coeur d'un de nos alliés de l'OTAN», sa rivale démocrate Hillary Clinton a estimé que «tous les Américains doivent se montrer unis avec le peuple turc face à cette campagne de haine et de violence».

Ces attentats «ne font que renforcer notre détermination à vaincre les forces du terrorisme et du djihadisme radical dans le monde», a-t-elle ajouté.

De l'autre côté de l'Atlantique, le président français François Hollande a lui aussi qualifié d'abominable l'acte terroriste lors d'une conférence de presse, à l'issue du premier jour du Sommet européen à Bruxelles.

«Je veux condamner fermement cette attaque», a déclaré le chef de l'État français, qui redoute que «ces actes terroristes qui viennent après d'autres n'aient comme conséquence que de rendre la situation encore plus difficile en Turquie».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer