Les missiles de la Corée du Nord préoccupent l'ONU

Depuis mars, Pyongyang a procédé à dix essais... (Photo AP, Lee Jin-man)

Agrandir

Depuis mars, Pyongyang a procédé à dix essais de missiles balistiques en succession rapide.

Photo AP, Lee Jin-man

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Agence France-Presse
NATIONS UNIES

Les 15 pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont entamé mercredi soir des consultations à huis clos à la suite du lancement plus tôt dans la journée de missiles balistiques par la Corée du Nord.

À son entrée dans la salle, l'ambassadrice américaine aux Nations unies Samantha Power a souhaité «une condamnation rapide et unie» par le Conseil de ce qu'elle a qualifié de «défi» lancé par Pyongyang à la communauté internationale et aux résolutions de l'ONU.

Elle a souhaité que dans un premier temps le Conseil publie une déclaration condamnant les derniers tirs.

Mais elle a souligné qu'il fallait aussi renforcer l'application des sanctions très strictes déjà prises en mars par le Conseil.

Depuis mars, Pyongyang a procédé «à dix essais de missiles balistiques en succession rapide», a-t-elle noté. «Au fur et à mesure qu'ils continuent de tester ces vecteurs, ils font des progrès, donc il est extrêmement important de pallier à toute lacune cachée dans l'application de la résolution 2270».

Elle a aussi laissé entendre que Washington souhaitait négocier l'ajout sur une liste noire d'individus et d'entreprises supplémentaires qui aident Pyongyang à développer ses programmes balistique et nucléaire.

La réunion d'urgence qui se tient mercredi soir a été demandée par les États-Unis et le Japon.

Des diplomates s'attendent à la publication par le Conseil d'une déclaration formelle dénonçant les nouveaux tirs balistiques.

Mais sa mise au point pourrait prendre plusieurs heures, voire jours, le temps pour les ambassadeurs de consulter leurs capitales, en particulier la Chine, seule alliée de Pyongyang.

Pékin a toujours cherché à protéger son allié des sanctions de l'ONU.

Plusieurs résolutions du Conseil de sécurité interdisent à la Corée du Nord toute activité nucléaire ou balistique.

A la suite du quatrième essai nucléaire nord-coréen du 6 janvier, suivi le 7 février par le lancement d'une fusée, largement considéré comme un essai déguisé de missile longue portée, le Conseil avait adopté en mars les sanctions les plus lourdes jamais infligées à Pyongyang.

L'application stricte de ces sanctions dépend en grande partie de la Chine, principal partenaire économique de la Corée du Nord.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer