Le tireur d'Orlando serait un habitué du Pulse

Il semblerait qu'Omar Mateen, qui a tué 49... (Agence France-Presse)

Agrandir

Il semblerait qu'Omar Mateen, qui a tué 49 personnes dans la nuit de samedi à dimanche, était un client régulier du Pulse, le bar où il a sévi.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Alexander Panetta
La Presse Canadienne
Orlando

Omar Mateen n'était pas qu'un assassin homophobe de la mouvance djihadiste lorsqu'il a massacré 49 clients d'une discothèque d'Orlando dans la nuit de samedi à dimanche, selon des habitués de l'établissement.

Il était aussi un visiteur régulier.

Un couple homosexuel a affirmé avoir aperçu Mateen au moins une dizaine de fois au Pulse, une boîte de nuit très fréquentée par des gais de la ville de la Floride.

Ty Smith et Chris Callen disent même que le meurtrier a souvent été expulsé de l'endroit parce qu'il était ivre. Ils se souviennent aussi d'un incident au cours duquel Mateen a pointé un couteau vers un ami.

Tous deux disent avoir été fort surpris de voir son visage à la télévision. «C'est le même gars, a assuré M. Callen, qui est Kristina McLaughlin sur scène. Il fréquentait la discothèque depuis au moins trois ans.»

Le couple a exprimé son scepticisme au sujet de ce qu'a raconté le père de Mateen dans les heures qui ont suivi l'attaque. Selon ce dernier, son fils aurait été scandalisé par deux hommes qui s'embrassaient à Miami.

Doutes sur la version du père 

MM. Smith et Callen affirment que Mateen a vu à plusieurs reprises des hommes en train de s'embrasser.

«C'est des conneries. Sans vouloir vous insulter, c'est des conneries. Il nous fréquentait, a dit M. Smith. Et il y a des gens qui faisaient plus que s'embrasser dans la discothèque. Il faisait la fête avec des gens qui l'ont poussé à commettre cela?»

Il ajoute que le visiteur occasionnel arrivait parfois avec un ami et se laissait aller comme il ne pouvait pas le faire auprès de sa famille. «Il pouvait vraiment s'enivrer. Il ne pouvait pas être saoul chez lui, autour de sa femme ou de sa famille. Son père était vraiment strict. Il s'en plaignait souvent.»

Aucun des deux témoins n'a voulu spéculer sur la vie sexuelle de l'homme qui aurait appelé le 9-1-1 de l'intérieur de la discothèque pour professer son allégeance à un leader islamiste du Moyen-Orient.

Selon le site de nouvelle The Daily Beast, le meurtrier mangeait souvent dans un restaurant dont le serveur était un ancien collègue de classe ouvertement gai. Ce dernier, Samuel King, a dit que Mateen était quelqu'un d'amical qui ne parlait jamais contre les homosexuels et qui avait même été le voir dans un spectacle de travestis à quelques reprises.

Dans des entrevues séparées, MM. Callen et Smith ont décrit un incident qui les avait troublés.

Ils disent avoir pris leur distance avec Mateen après l'avoir vu se mettre en colère contre un de ses amis qui lui avait raconté une blague. «Il a sorti un couteau, se souvient M.Callen. Il l'a menacé en lui disant que s'il le provoquait de nouveau, il savait comment cela se terminerait.»

Labeaume écorche «les fous furieux de la NRA»

Omar Mateen n'était pas qu'un assassin homophobe de... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 4.0

Agrandir

Le Soleil, Erick Labbé

Outré par la tuerie d'Orlando, le maire de Québec, Régis Labeaume, a dénoncé un acte «dégoûtant» et placé le drapeau arc-en-ciel en berne devant l'hôtel de ville.

«C'est épouvantable. C'est tellement dirigé contre une communauté particulière», a réagi M. Labeaume lors d'une mêlée de presse à l'hôtel de ville lundi matin à propos de la communauté LGBT à qui il a maintes fois montré son soutien au fil des ans. «Je présume que les fous furieux de la National Riffle Association vont trouver une autre justification et quelques républicains», a-t-il laissé tomber à propos de cette organisation, figure de proue du lobby en faveur des armes à feu aux États-Unis.

La veille, le maire de Québec avait réagi sur sa page Facebook en partageant son indignation et son soutien. «Le terrorisme et l'homophobie de cet acte se doivent d'être dénoncés et condamnés», écrivait-il.

«Pour marquer notre solidarité à la communauté LGBT, le drapeau arc-en-ciel sera mis en berne devant l'hôtel de ville. Toutes nos condoléances aux familles des victimes.» Valérie Gaudreau

Le premier ministre Justin Trudeau a partagé sa... (La Presse Canadienne, Adrian Wyld) - image 5.0

Agrandir

Le premier ministre Justin Trudeau a partagé sa peine devant l'attaque terroriste d'Orlando.

La Presse Canadienne, Adrian Wyld

Trudeau partage sa peine

Justin Trudeau a dénoncé lundi l'attaque survenue dans une discothèque d'Orlando, en Floride, qui a fait 50 morts et des dizaines de blessés, dimanche.

Au cours d'une brève allocution dans laquelle il a annoncé la mort probable de l'otage canadien Robert Hall aux mains de djihadistes aux Philippines, le premier ministre a aussi partagé sa peine devant l'attaque terroriste d'Orlando.

«Les épouvantables attaques survenues cette fin de semaine à Orlando visant la communauté LGBTQ2 et la nouvelle d'aujourd'hui nous rappellent douloureusement que les actes de haine ou de violence sous quelque forme qu'ils soient ne doivent jamais être tolérés», a-t-il insisté.

Il a indiqué que le Parlement canadien avait placé son drapeau en berne «par solidarité pour nos amis et nos familles à Orlando», mais également pour souligner l'exécution de M. Hall.

«Attaque violente, aveugle, non justifiable»

Le premier ministre québécois Philippe Couillard a déploré de son côté une attaque «violente, aveugle, non justifiable».

En marge de la Conférence de Montréal, il a souligné que deux drapeaux avaient été mis en berne au-dessus de l'Assemblée nationale, soit le drapeau américain, mais également le drapeau de la communauté LGBT.

«Il faut encore une fois réaffirmer notre rejet de la violence, notre détermination à lutter contre la violence et le terrorisme sous toutes ses formes, de façon bien sûr proportionnelle à la violence de ces gens, mais également d'agir en amont, d'avoir des sociétés plus inclusives, plus ouvertes à tous les points de vue», a-t-il déclaré.

Questionné à savoir si des mesures de sécurité additionnelles avaient été prises pour les événements comme celui auquel il participe lundi à Montréal, M. Couillard a fait savoir que tout incident du genre faisait maintenant l'objet d'un rehaussement systématique de la sécurité.

Trump persiste et signe

Le candidat républicain présumé à la présidentielle américaine,... (PHOTO ARCHIVES AFP) - image 8.0

Agrandir

Le candidat républicain présumé à la présidentielle américaine, Donald Trump.

PHOTO ARCHIVES AFP

Le candidat républicain à la Maison-Blanche Donald Trump a semblé déterminé à exploiter cet attentat pour se forger une image d'homme à poigne. Il a estimé que cela donnait raison à sa proposition-choc d'interdire aux musulmans d'entrer aux États-Unis.

«Quand je serai élu, je suspendrai l'immigration en provenance de régions du monde ayant un passé avéré de terrorisme contre les États-Unis, l'Europe ou nos alliés», a-t-il proposé lundi.

Hillary Clinton a elle estimé que les États-Unis devaient «s'attaquer à ce problème de l'autoradicalisation», affirmant que si elle est élue, elle mettra davantage de moyens et créera «une équipe pour détecter et prévenir les attaques de loups solitaires». AFP

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer