Sous le choc, les homosexuels refusent de céder à la peur

Des gens observent une minute de silence en... (Agence France-Presse)

Agrandir

Des gens observent une minute de silence en homme aux victimes à Barcelone.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Charlotte Plaintive
Agence France-Presse
Paris

De Berlin à Sydney, des homosexuels et leurs proches ont organisé lundi des rassemblements pour dire leur effroi après le carnage et leur détermination à ne pas céder à la peur.

«Nous devons rester unis, défendre notre mode de vie et ne pas céder», a déclaré à l'AFP Helmut Metzner, 47 ans, militant de la Fédération gai et lesbienne allemande lors d'un rassemblement devant l'ambassade américaine à Berlin.

Dans la capitale allemande, mais aussi à Sydney, Bangkok, Tel Aviv ou Paris, des dizaines de personnes ont signé des registres de condoléances, déposé des fleurs et allumé des bougies en mémoire des victimes de la fusillade.

Des gens déposent fleurs et bougies devant l'ambassade... (Agence France-Presse) - image 2.0

Agrandir

Des gens déposent fleurs et bougies devant l'ambassade des États-Unis, à Varsovie. 

Agence France-Presse

Des veillées étaient également prévues dans la soirée à Londres et Amsterdam. «Montrons au monde que l'amour sera toujours plus fort que la haine», écrivent les organisateurs néerlandais sur Facebook.

Dans la nuit de samedi à dimanche, 49 personnes ont été tuées et une cinquantaine blessées quand Omar Seddique Mateen, un Américain d'origine afghane âgé de 29 ans, a ouvert le feu à l'intérieur d'une boîte de nuit emblématique de la communauté gay d'Orlando, en Floride.

L'attentat, revendiqué par le groupe État islamique (EI), a suscité le choc chez les homosexuels qui, s'ils sont fréquemment victimes d'attaques meurtrières à travers le monde, n'avaient jamais été visés par une tuerie de cette ampleur.

«Cet événement tragique nous rappelle à quel point notre communauté est en danger, menacée dans son existence même», a regretté l'association israélienne «La Maison ouverte».

«Ca m'effraie un peu en tant que gai qui travaille dans un bar gai», a confié à l'AFP Saleem Khan, serveur à l'Admiral Duncan», un pub du quartier de Soho à Londres qui avait été visé par une bombe en 1999.

Pas question pour autant de céder à la panique. Une parade de la fierté gaie prévue le 2 juillet à Paris aura bien lieu. «L'annuler serait reconnaître la victoire à ceux qui tentent de nous faire peur», selon une porte-parole de l'Inter LGBT, qui fédère une soixantaine d'associations françaises. Celle du 25 juin à Londres bénéficiera d'un encadrement policier «significatif et visible», a souligné Scotland Yard.

Fier d'être gai

Par «solidarité» envers les homosexuels, de grandes villes connues pour leur tolérance envers les minorités sexuelles ont décidé de pavoiser le drapeau arc-en-ciel, adopté par les lesbiennes, gays, bi et transsexuels.

La tour Eiffel est illuminée aux couleurs de... (Associated Press) - image 3.0

Agrandir

La tour Eiffel est illuminée aux couleurs de l'arc-en-ciel.

Associated Press

Le Royal Palace d'Amsterdam a aussi affiché ces... (Associated Press) - image 3.1

Agrandir

Le Royal Palace d'Amsterdam a aussi affiché ces mêmes couleurs. 

Associated Press

La Tour Eiffel devait s'illuminer de ces sept couleurs dans la soirée, tout comme l'ont fait plus tôt l'ambassade américaine à Stockholm, les mairies de Tel Aviv et New York ou le Sydney Harbour Bridge, pont emblématique de la métropole australienne.

Sous le hastag «loveislove» de nombreux internautes, illustres ou inconnus, ont fait écho à ces initiatives, publiant des messages «contre l'homophobie», postant des photos de femmes qui s'embrassent ou, comme Madonna, d'hommes enlacés.

«Orlando prouve qu'on a plus besoin que jamais d'être fier», a tweeté le cinéaste canadien Xavier Dolan, ouvertement gay, tandis que le chanteur britannique Boy George s'est dit «inconsolable».

Les réseaux sociaux peinaient toutefois à filtrer les contenus homophobes. «Je viens de lire jesuisgay... sans moi mon frère», tweetait ainsi une jeune femme, tandis que d'autres messages étaient clairement hostiles aux homosexuels.

Sans aller jusque-là, les réactions officielles n'étaient pas exemptes d'ambiguïtés.

De Washington à Moscou en passant par Pékin, le Vatican ou la Ligue arabe, les dirigeants ont condamné à l'unisson un «acte de terreur et de haine», selon les termes du président Barack Obama.

Tous, même des pays comme l'Egypte où l'homosexualité est sévèrement réprimée, ont adressé leurs condoléances aux proches des victimes et au peuple américain. Mais nombre ont occulté le caractère homophobe de la tuerie.

En Pologne, le silence de l'exécutif a suscité la déception des militants de la cause gay. «Ils ne savent pas réagir même face à un événement si tragique», a regretté Tomasz Baczkowski, président de la Fondation de l'Egalité.

Un jeune activiste est arrêté après avoir voulu... (Associated Press) - image 4.0

Agrandir

Un jeune activiste est arrêté après avoir voulu rendre hommage aux victimes d'Orlando.

Associated Press

Deux jeunes qui rendaient hommage aux victimes d'Orlando arrêtés en Russie

Deux jeunes Russes ont été arrêtés lundi soir alors qu'ils rendaient hommage à l'ambassade des États-Unis à Moscou aux victimes de la tuerie dans un club gay d'Orlando, a annoncé le journal russe RBK.

Islam Abdoullabekov et Félix Glioukman sont allés à l'ambassade américaine pour y déposer des fleurs et une pancarte sur laquelle était écrit en anglais «L'amour gagne - Soyons avec Orlando» lorsque deux policiers les ont arrêtés, ont-ils déclaré à RBK.

«Les policiers nous ont tout de suite arrêtés et mis dans leur voiture pour (avoir fait) une soit-disant ''action non autorisée''», a expliqué Islam Abdoullabekov, responsable des réseaux sociaux pour RBK.

«Nous voulions seulement présenter nos condoléances pour le meurtre de ces gens et nous n'avions pas du tout prévu de faire un quelconque acte politique», a-t-il assuré.

Sur leurs pages Facebook respectives, les deux jeunes hommes, qui disent former un couple, ont posté des photos prises à la volée dans la voiture de police.

«C'est complètement surréaliste», commente M. Abdoullabekov en guise de légende.

«On a essayé de déposer des fleurs et une pancarte à l'ambassade, on n'a pas réussi», ajoute son ami, Félix Glioukman, qui a posté sur Instagram une photo de lui en garde à vue, son panneau tombé par terre.

Bougies, fleurs, dessins

Des bougies, des fleurs et des dessins ont été déposés près d'une des barrières protégeant l'accès à l'ambassade des Etats-Unis, au lendemain du massacre qui a fait 49 morts et 53 blessés à Orlando, revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique.

Le président russe Vladimir Poutine a qualifié ce carnage de «crime barbare» et présenté ses condoléances aux proches et aux amis des victimes.

Les rassemblements de soutien à la communauté homosexuelle sont systématiquement interdits en Russie, où l'homosexualité a été considérée comme un crime jusqu'en 1993, puis comme une maladie mentale jusqu'en 1999, et où l'homophobie s'exprime souvent ouvertement.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer