Des dizaines de corps sont retirés de la boite de nuit d'Orlando

Les États-Unis sont en deuil. Ici, le drapeau... (Agence France-Presse, John MacDougall)

Agrandir

Les États-Unis sont en deuil. Ici, le drapeau en berne à l'ambassade américaine de Berlin.

Agence France-Presse, John MacDougall

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Associated Press
Orlando, Floride

Des dizaines de corps ont été retirés au cours des dernières heures de la boîte de nuit d'Orlando où un tireur a ouvert le feu dans la nuit de samedi à dimanche, faisant 50 morts (incluant le tireur) et 53 blessés.

Il s'agit de la pire tuerie de l'histoire des États-Unis.

L'auteur présumé de la fusillade, Omar Mateen, avait prêté serment au groupe armé État islamique dans un appel placé à la centrale 911 avant la tragédie. Il a été abattu lors d'un échange de tirs avec l'escouade tactique de la police vers 5 h, dimanche matin, quand les policiers ont décidé de donner l'assaut pour secourir les otages qu'il détenait.

Le père de l'homme de 29 ans s'est souvenu que son fils avait récemment été outré de voir deux hommes s'embrasser dans la rue à Miami, et il croit que cela pourrait être relié à l'attentat.

La radio du groupe armé État islamique a déclaré au cours des dernières heures que Mateen est «un des soldats du califat en Amérique». La radio Al-Bayan a salué l'attaque lundi, en expliquant qu'elle visait un rassemblement de chrétiens et de gais et qu'il s'agit du pire attentat à survenir en sol américain depuis le 11 septembre 2001.

Le groupe djihadiste n'a toutefois pas officiellement revendiqué l'attaque.

Le maire d'Orlando, Buddy Dyer, a expliqué que 39 personnes ont été tuées sur place et que 11 autres sont mortes pendant leur transport vers l'hôpital. La plupart des blessés ont été atteints grièvement et un chirurgien du Centre médical régional d'Orlando a prévenu que le bilan risque de s'alourdir.

Né à New York

La famille de Mateen était originaire d'Afghanistan, mais le suspect est né à New York. Ils ont ensuite déménagé en Floride.

Mateen n'était pas inconnu des policiers. Il a été rencontré au moins à deux reprises depuis 2013 par la police fédérale américaine, le FBI, et en 2014 les policiers avaient déterminé qu'il entretenait des liens avec un kamikaze américain. On avait toutefois jugé que ces liens étaient «minimes» et que Mateen ne constituait pas une menace.

Armes légales

Mateen avait acheté au moins deux armes en toute légalité au cours des derniers jours, selon le Bureau du tabac, des armes et de l'alcool des États-Unis. Les autorités tentent maintenant de déterminer s'il a agi seul.

En France, la tour Eiffel sera illuminée des couleurs de l'arc-en-ciel à compter de 22 h 45, lundi soir, en hommage aux victimes du carnage.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer