Les réactions politiques

Barack Obama a profité de la fusillade survenue... (PHOTO Pablo Martinez Monsivais, ARCHIVES AP)

Agrandir

Barack Obama a profité de la fusillade survenue à Orlando pour rappeler l'importance de contrôler l'accès aux armes à feu aux États-Unis.

PHOTO Pablo Martinez Monsivais, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Associated Press
Orlando

Nouveau choc pour Obama 

Le président américain Barack Obama s'est désolé d'une énième fusillade à survenir aux États-Unis. Le carnage dans une boîte de nuit d'Orlando - la pire tuerie par balles de l'histoire du pays - a fait au moins 50 morts et 53 blessés dans la nuit de samedi à dimanche.

Le président a condamné l'attaque «brutale» dans la discothèque Pulse Orlando, un établissement qui accueille une clientèle gaie, soulignant qu'il s'agissait d'un drame «déchirant» pour la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre.

M. Obama, pour qui c'est devenu une tradition de rappeler l'importance du resserrement du contrôle des armes à feu, a encore une fois fait remarquer qu'il était trop facile pour des individus de se procurer des armes aux États-Unis.

«Nous devons décider si c'est le genre de pays que nous voulons être», a-t-il dit d'un ton laconique.

Le Bureau fédéral d'enquête (FBI) dirige l'enquête sur le terrain, a indiqué le président. Les autorités locales, étatiques et fédérales sont sur les lieux du drame pour tenter de déterminer les motifs du tireur, qui est entré dans la boîte de nuit armé jusqu'aux dents avant d'ouvrir le feu sur la foule de quelque 300 personnes.

Le bilan, qui s'élevait à une vingtaine de morts en matinée, a été revu à la hausse en fin d'avant-midi. Au moins 53 personnes sont hospitalisées et la plupart d'entre elles sont dans un état grave. Le docteur Mike Cheatham, chirurgien au centre médical régional d'Orlando, affirmait plus tôt que le bilan des morts allait vraisemblablement s'alourdir.

L'assaillant est compté dans les 50 victimes, lui qui a finalement perdu la vie dans un échange de coups de feu avec les policiers.

Le Pulse avait publié sur sa page Facebook vers 2h : «Sortez tous du Pulse et fuyez». Peu avant 6h, la discothèque a diffusé une mise à jour : «Dès que nous avons des renseignements, nous vous les communiquerons. Priez pour tout le monde alors que nous tentons de passer au travers de ce tragique incident. On vous remercie de vos pensées et de votre amour.»

Les politiciens canadiens choqués et horrifiés

Justin Trudeau... (La Presse Canadienne, Chris Young) - image 3.0

Agrandir

Justin Trudeau

La Presse Canadienne, Chris Young

La classe politique canadienne a condamné le carnage survenu dans une discothèque d'Orlando, dimanche.

Le premier ministre Justin Trudeau a publié un communiqué dans lequel il s'est dit «profondément choqué et attristé d'apprendre la nouvelle au sujet de la fusillade à Orlando, en Floride, qui a fait tant de morts et de blessés».

Sur sa page Facebook, la chef intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose, s'est dite «horrifiée» par les événements. Elle a ajouté que la tuerie démontrait qu'il fallait demeurer «ferme [et] condamner résolument le terrorisme, sous toutes ses formes, et partout dans le monde».

Au Québec, le premier ministre Philippe Couillard a affirmé sur Twitter qu'il était solidaire avec «nos voisins américains». Plus tard, dans un communiqué publié par son cabinet, il a déclaré souhaiter «beaucoup de force et de courage à nos amis américains qui font présentement face à cette terrible épreuve».

Le chef intérimaire du Parti québécois, Sylvain Gaudreault, a aussi réagi en proclamant également sa «solidarité avec les victimes d'Orlando et leurs proches». 

Quant au chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, il a résumé le tout en écrivant : «Orlando : Quelle horreur! Mes pensées accompagnent le peuple américain.»

Les drapeaux du Québec, des États-Unis et de la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre (LGBT) ont été placés en berne à l'Assemblée nationale.

Réactions en Europe

Le pape François a exprimé son «exécration» devant... (AFP, Andreas Solaro) - image 5.0

Agrandir

Le pape François a exprimé son «exécration» devant la «haine insensée» du tireur.

AFP, Andreas Solaro

À Paris, le président François Hollande a condamné «avec horreur la tuerie», dans un communiqué publié dimanche par l'Élysée.

Le chef de l'État français «exprime le plein soutien de la France et des Français aux autorités et au peuple américains dans cette épreuve».

Au Vatican, le pape François a exprimé son «exécration» devant la «haine insensée» du tireur.

«Le terrible massacre qui a eu lieu à Orlando, qui a fait de très nombreuses victimes innocentes, a suscité chez le pape François et chez chacun de nous des sentiments très profonds d'exécration et de condamnation, de douleur, de trouble devant cette nouvelle manifestation d'une folie meurtrière et d'une haine insensée», a indiqué son porte-parole, le père Federico Lombardi.

Trump se félicite d'avoir eu raison sur le radicalisme

Le candidat du Parti républicain à la présidentielle américaine, Donald Trump, s'est félicité dimanche d'avoir eu raison sur le radicalisme islamique, après la pire fusillade de l'histoire des États-Unis.

Dans un tweet, le milliardaire, qui a notamment prôné l'interdiction d'entrée sur le territoire américain à tous les musulmans, remercie les gens qui le «félicitent d'avoir eu raison sur le terrorisme islamique radical». «Mais je ne veux pas de félicitations, je veux de la vigilance et de la sévérité. Il nous faut être intelligents!» écrit le candidat.

Cette sortie a provoqué de violentes dénonciations, les critiques reprochant à Trump de tirer la couverture vers lui quelques heures seulement après la tragédie.

D'ailleurs, pour renforcer son image d'homme à poigne, une stratégie qui lui profite, Donald Trump a annoncé qu'il consacrerait son discours prévu lundi à Manchester, dans le New Hampshire, au «terrorisme, à l'immigration et la sécurité nationale», alors qu'il avait initialement prévu d'attaquer Hillary Clinton sur ses finances.  Avec La Presse Candienne et AFP

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer