• Le Soleil > 
  • Actualités > 
  • Monde 
  • > Japon: le gamin disparu en forêt a survécu six jours en ne buvant que de l'eau 

Japon: le gamin disparu en forêt a survécu six jours en ne buvant que de l'eau

  • Le camp d'entraînement militaire où le garçon a été retrouvé dans la ville de Shikabe. (AFP)

    Plein écran

    Le camp d'entraînement militaire où le garçon a été retrouvé dans la ville de Shikabe.

    AFP

  • 1 / 6
  • Un matelas sur lequel le jeune Yamato Tanooka a dormi pendant sa disparition. (AP)

    Plein écran

    Un matelas sur lequel le jeune Yamato Tanooka a dormi pendant sa disparition.

    AP

  • 2 / 6
  • «Mon acte excessif a forcé mon fils à vivre des moments pénibles», a confié le père, Takayuki Tanooka, à la presse à la sortie de l'hôpital, les yeux baissés. «Je présente de profondes excuses à son école, aux secouristes et à tout le monde pour avoir créé tous ces ennuis.» (AFP)

    Plein écran

    «Mon acte excessif a forcé mon fils à vivre des moments pénibles», a confié le père, Takayuki Tanooka, à la presse à la sortie de l'hôpital, les yeux baissés. «Je présente de profondes excuses à son école, aux secouristes et à tout le monde pour avoir créé tous ces ennuis.»

    AFP

  • 3 / 6
  • Des secouristes transportent le garçon dans une civière. (AFP)

    Plein écran

    Des secouristes transportent le garçon dans une civière.

    AFP

  • 4 / 6
  • Les journaux japonais, comme ici dans un kiosque de Tokyo, ont abondamment parlé de la disparition du garçon cette semaine. (AP)

    Plein écran

    Les journaux japonais, comme ici dans un kiosque de Tokyo, ont abondamment parlé de la disparition du garçon cette semaine.

    AP

  • 5 / 6
  • Yamato Tanooka, 7 ans, sur une photo fournie par son école primaire. (AFP)

    Plein écran

    Yamato Tanooka, 7 ans, sur une photo fournie par son école primaire.

    AFP

  • 6 / 6

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Shingo ITO, Kyoko HASEGAWA
Agence France-Presse
Tokyo

Un garçonnet de sept ans, disparu depuis six jours après avoir été laissé par ses parents dans une forêt de Hokkaido dans le nord du Japon en guise de punition, a survécu en se débrouillant seul et a été retrouvé vivant vendredi.

Le petit Yamato Tanooka, dont la disparition a soulevé l'émotion dans le pays et des critiques acerbes envers les parents, a été découvert par un soldat dans un camp d'entraînement militaire, selon les autorités japonaises, après avoir apparemment marché quelque 5 kilomètres et demi dès le jour de sa disparition samedi, à travers la dense forêt habitée par des ours.

«Il n'avait pas de blessure externe visible et il s'est présenté comme Yamato Tanooka», a confirmé un représentant de la police, Tomohito Tamura. «Pendant six jours, il n'a pour ainsi dire bu que de l'eau», a déclaré un médecin qui l'a examiné, ajoutant qu'il était un peu déshydraté et que sa température était légèrement basse.

Les télévisions montraient des images d'une pièce sombre en forme de demi-cylindre en tôle, avec des matelas étalés à même le sol. Le petit garçon a dit s'être glissé entre deux matelas pour se garder du froid, selon un responsable de l'armée interrogé sur la chaîne publique NHK. La température était descendue vendredi à l'aube dans la région à 4,6°C.

Selon Nippon TV, il a pu boire pendant tout son séjour grâce à un robinet à l'extérieur du local.

L'enfant «avait l'air en bonne santé», mais a cependant été transporté à l'hôpital par hélicoptère, a raconté à l'AFP Manabu Takehara, un porte-parole des forces d'autodéfense. Il avait faim et le soldat qui l'a découvert lui a donné à manger, a raconté le militaire.

«Un miracle incroyable»

Une photographie prise vendredi et diffusée par les chaînes de télévision montre le garçon coiffé d'une casquette de baseball, vêtu d'un t-shirt et tenant d'une main une boule de riz et de l'autre une boisson, le regard fermement planté dans l'objectif.

«Mon acte excessif a forcé mon fils à vivre des moments pénibles», a confié le père, Takayuki Tanooka, à la presse à la sortie de l'hôpital, les yeux baissés. «Je présente de profondes excuses à son école, aux secouristes et à tout le monde pour avoir créé tous ces ennuis.»

«La première chose que j'ai dite à mon fils est: +Je te demande pardon pour t'avoir fait souffrir par ma faute+», a-t-il relaté, ajoutant que Yamato avait hoché de la tête.

«À quel point Yamato a-t-il perdu confiance en ces parents? J'espère que des spécialistes vont apporter une thérapie adéquate et attentive à tous les membres de la famille», a commenté sur son blog Naoki Ogi, professeur spécialiste de l'éducation à l'université privée Hosei et un habitué des médias.

L'affaire avait déclenché dès son début un déchaînement de critiques anonymes envers les parents certains parlant d'«abus».

Un débat sur l'éducation s'est fait jour dans un pays souvent perçu à l'extérieur comme très porté sur la discipline et le travail, mais où, comme dans d'autres pays développés, les parents sont devenus plus indulgents.

Certains évoquaient la difficulté d'être parent. «Cette affaire pourrait nous donner l'occasion de réfléchir sur notre relation avec les enfants», disait un tweet. Un autre se demandait si «toute forme de discipline stricte devrait être appelée abus». Un internaute rejetait les insultes proférées ça et là contre le père, disant qu'il «n'avait pas voulu rentrer sans l'enfant».

Juste après l'issue heureuse, l'on s'étonnait surtout de la capacité de survie du garçonnet. «Comment un enfant peut-il survivre avec seulement de l'eau?» demande un internaute. Et un alpiniste de renom, Ken Noguchi, qui a conquis l'Everest, s'émerveille: «S'il a survécu tout seul, c'est un miracle incroyable». «Ne ferait-il pas un bon candidat pour les unités d'élite de l'armée ?» s'interroge un tweet.

Quelque 200 soldats, pompiers, policiers et bénévoles s'étaient mobilisés pour les recherches.

Le petit, sa soeur aînée et leurs parents se promenaient lorsque le couple a perdu patience face au comportement du garçon, qui jetait des pierres sur des voitures et des passants, avaient rapporté la police et des médias.

Sur le trajet du retour, les parents avaient fait sortir Yamato de leur voiture avant de poursuivre leur chemin sur une distance de quelque 500 mètres. Ils ont affirmé être revenus sur le site immédiatement, mais le garçon n'était plus à l'endroit où ils l'avaient laissé.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer