Mise en garde contre la menace russe

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg... (AFP, Janek Skarzynski)

Agrandir

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg

AFP, Janek Skarzynski

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Agence France-Presse
Tirana, Albanie

L'assemblée parlementaire de l'OTAN a appelé lundi les alliés à se tenir prêts à répondre à «la menace potentielle» de la Russie contre l'un d'entre eux, à l'issue d'une session de trois jours à Tirana, en Albanie.

«Le défi en provenance de la Russie est réel et sérieux», a déclaré l'Américain Michael Turner, président de l'assemblée qui a réuni quelque 250 parlementaires des 28 pays membres.

La déclaration adoptée à l'unanimité déplore «l'usage de la force par la Russie contre ses voisins et les tentatives d'intimidation des alliés» de l'OTAN.

Dans ces circonstances, l'OTAN «n'a pas d'autre choix que de considérer l'éventualité d'une action agressive de la Russie contre un membre de l'Alliance comme une menace potentielle, et d'adopter des réponses adaptées et proportionnées», ajoute la déclaration.

La déclaration appelle les alliés à «fournir des garanties» aux pays membres, situés notamment à l'est de la zone OTAN, qui estiment que leur sécurité est menacée.

L'OTAN a interrompu tous les aspects pratiques de sa coopération avec la Russie à la suite de l'annexion de la Crimée par la Russie, et en raison du soutien russe aux séparatistes dans l'est de l'Ukraine, mais l'Alliance a annoncé qu'elle aurait des discussions avec le pays de Vladimir Poutine avant le sommet de l'OTAN prévu les 8 et 9 juillet à Varsovie, en Pologne.

Graves désaccords

En avril, le Conseil OTAN-­Russie avait tenu sa première réunion depuis juin 2014 mais les discussions se sont soldées par de graves désaccords concernant l'Ukraine et d'autres sujets, bien que le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, eut assuré à l'époque que les échanges avaient été fructueux.

L'OTAN a procédé à un renforcement militaire sur son flanc est pour augmenter la rapidité du déploiement de ses forces en cas de répétition d'une crise comme celle de l'Ukraine. Lors de leur sommet dans la capitale polonaise, les chefs d'État et de gouvernement de l'Alliance atlantique doivent parachever ce renforcement.

Mais la Russie affirme que ce renforcement de la présence de troupes avec leurs équipements de combat en Europe de l'est représentait une menace pour sa sécurité.

D'ailleurs, le gouvernement russe a dénoncé le déploiement d'éléments du bouclier antimissile américain en Roumanie et en Pologne, qu'il considère comme une menace directe. L'OTAN assure que ce système aurait un rôle purement défensif, devant servir à intercepter des missiles balistiques pouvant venir du Proche-Orient.

L'assemblée parlementaire de l'OTAN a assuré néanmoins que l'Alliance étudierait les moyens de «réduire les tensions» avec la Russie tout «en abordant les violations inacceptables par la Russie des normes internationales».

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer