EgyptAir: la zone de recherches réduite

Huit jours après que l'écrasement qui a fait... (AP, Amr Nabil)

Agrandir

Huit jours après que l'écrasement qui a fait 66 victimes, les causes ne sont toujours pas connues.

AP, Amr Nabil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Maggie Michael
Associated Press
LE CAIRE

Les recherches pour l'avion d'EgyptAir qui s'est abîmé la semaine dernière dans la Méditerranée avec 66 personnes à son bord sont maintenant concentrées dans une zone de cinq kilomètres carrés, une décision basée sur les signaux émis par la balise de détresse de l'appareil.

L'enquêteur en chef de l'Égypte Ayman al-Moqadem avait précisé qu'Airbus avait fourni aux autorités égyptiennes de l'information concernant l'émetteur de localisation d'urgence de l'avion.

Une source au sein de l'équipe d'investigation de l'Égypte a affirmé que les renseignements concernant l'émetteur remontaient au jour de l'écrasement, le 19 mai, et qu'aucun autre signal n'avait été détecté depuis.

Un représentant d'Airbus a pour sa part affirmé ne pas être au courant que de l'information au sujet de l'émetteur avait été reçue par la compagnie ou transmise aux autorités égyptiennes.

Signal trop faible

Le signal de l'émetteur est trop faible pour être perçu depuis le fond de la mer, contrairement à celui émis par les enregistreurs de données de vol et des conversations dans le poste de pilotage, surnommés les «boîtes noires».

M. Al-Moqadem a insisté sur le fait que ces enregistreurs n'avaient pas encore été retrouvés puisque cette opération nécessitait une technologie très sophistiquée.

Il a tout de même indiqué que la zone pour les recherches avait été réduite, sans toutefois mentionner depuis quand.

Un navire océanographique français baptisé Laplace est en route vers le site présumé de l'écrasement avec à son bord un système acoustique à longue portée capable de détecter les signaux des boîtes noires, a révélé le Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile de la France. Il a ajouté que le bateau avait quitté la Corse jeudi et devrait arriver à destination dimanche ou lundi.

Huit jours après que l'avion parti de Paris en direction du Caire eut disparu dans la Méditerranée, la cause de l'écrasement n'est toujours pas connue. Des navires et des avions de l'Égypte, de la Grèce, de la France, des États-Unis et d'autres pays participent aux recherches au nord d'Alexandrie, une ville portuaire égyptienne.

Des débris et des restes humains ont été découverts, mais l'épave et les corps des victimes se trouveraient toujours sous les eaux.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer