Victoire mathématique pour Trump

Donald Trump... (Associated Press, Brennan Linsley)

Agrandir

Donald Trump

Associated Press, Brennan Linsley

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Agence France-Presse
Los Angeles, États-Unis

L'homme d'affaires républicain Donald Trump a franchi un cap historique jeudi en atteignant la majorité de délégués requise pour l'investiture automatique du parti à la présidentielle de novembre.

Donald Trump a revendiqué avoir passé la barre mathématique lors d'une conférence de presse à Bismarck, dans le Dakota du Nord, où il a prononcé un discours sur l'énergie lors d'une conférence sur le pétrole, l'une de ses rares allocutions thématiques.

Symbolisant l'unité recherchée du parti républicain, une quinzaine de membres de la délégation du Dakota du Nord se trouvait aux côtés de Donald Trump, dont plusieurs ex-partisans de Ted Cruz.

Après une extraordinaire campagne de moins d'un an, le quasi-néophyte de la politique a surmonté la concurrence de pas moins de 16 autres candidats aux primaires, dont une nouvelle génération de républicains comme Ted Cruz et Marco Rubio qui ont mordu la poussière face au milliardaire de 69 ans.

Sans concurrence depuis trois semaines, Donald Trump était de facto devenu le candidat officieux du parti pour la Maison-Blanche, mais il n'avait pas encore atteint techniquement le nombre de délégués lui garantissant la victoire.

Il a désormais dépassé la barre des 1237 délégués, majorité qu'il était de toute façon assuré d'atteindre le 7 juin, lors de la dernière journée de primaires républicaines dans plusieurs États.

Les derniers rivaux de Donald Trump ont jeté l'éponge à l'issue de la primaire de l'Indiana, le 3 mai, après laquelle Donald Trump a été adoubé par un nombre croissant de responsables du parti, à l'exception notable du président de la Chambre des représentants, Paul Ryan, qui conditionne son soutien à des concessions idéologiques du milliardaire populiste.

«J'essaie de faire en sorte que l'unité de notre parti soit réelle, et non factice», a dit le chef républicain à Washington.

Dénouement à venir

Chez les démocrates, Hillary Clinton ne devrait parvenir à l'investiture que le 7 juin, lors des scrutins démocrates de Californie et de cinq autres États.

Bernie Sanders continue activement sa campagne, et a même demandé un nouveau dépouillement dans le Kentucky, où Hillary Clinton l'avait emporté de justesse, un résultat confirmé jeudi par les autorités locales.

Donald Trump oriente désormais sa puissance de feu contre sa probable adversaire démocrate, qu'il qualifie inlassablement de «malhonnête». «J'adore voir Hillary et Bernie se taper dessus», a-t-il ajouté.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer