Un hôpital bombardé en Syrie

Un homme transporte un enfant après un bombardement... (AP)

Agrandir

Un homme transporte un enfant après un bombardement à Alep en Syrie.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Associated Press
BEYROUTH, Liban

Plus de 60 personnes ont perdu la vie lors de frappes aériennes survenues au cours des dernières heures à Alep, dans le nord de la Syrie, notamment lorsqu'un hôpital appuyé par Médecins sans frontières (MSF) a été bombardé, soulevant l'indignation dans le monde.

Au moins six employés de l'hôpital, dont un des derniers pédiatres de la région, et trois enfants ont été tués quand l'hôpital de campagne bien connu al-Quds a été attaqué dans la nuit de mercredi à jeudi dans le quartier rebelle de Sukkari.

Plusieurs édifices ont été endommagés et un immeuble résidentiel se serait effondré. Le bilan de ces frappes s'élève pour le moment à 27 morts, mais un groupe humanitaire local affirme que plusieurs victimes sont toujours prisonnières des décombres. Des images mises en ligne par ce groupe montrent plusieurs corps inanimés, dont ceux d'enfants, retirés d'un immeuble et placés à bord d'ambulances.

Des secouristes tentent aussi désespérément d'éloigner les curieux des lieux, possiblement par crainte d'autres frappes aériennes.

MSF a dit dans un courriel transmis à l'Associated Press que 14 patients et employés comptent parmi les victimes et avertit que le bilan risque de s'alourdir.

Quelques heures plus tard, de nouvelles frappes aériennes lancées contre un autre quartier rebelle de la ville ont fait au moins 20 morts. Les médias officiels rapportent de leur côté qu'au moins 14 personnes ont été tuées quand un millier d'obus de mortier et de roquettes sont tombés sur des secteurs résidentiels d'Alep.

Médecins sans frontières a condamné cet acte «révoltant ayant encore visé un centre de santé», qui était «le principal centre pédiatrique de la région». Les États-Unis se sont dits jeudi «scandalisés par les raids».

Alep aux portes d'une catastrophe humanitaire

Pour le Comité international de la Croix Rouge, Alep est désormais «aux portes d'un désastre humanitaire». «Où que vous alliez, vous entendez les explosions de mortiers, les bombardements et le vol des avions», selon Valter Gros, le représentant du CICR dans la ville. «Les habitants vivent sur le fil du rasoir. Tous craignent pour leur vie.»

Mais le régime a au contraire laissé entendre qu'il se préparait à lancer une offensive contre cette ville et la province du même nom.

L'ONU a averti jeudi que des centaines de milliers de Syriens risquaient de ne plus pouvoir recevoir d'aide d'urgence si les combats se poursuivaient.

Le CIRC ajoute que les stocks de nourriture et de biens médicaux sont presque épuisés et qu'ils ne pourront être renouvelés en raison de l'intensification de la violence.

Le cessez-le-feu entré en vigueur en Syrie le 27 février a essentiellement volé en éclats au cours des derniers jours.  Avec AFP

Le rapport sur la bavure de Kunduz bientôt dévoilé

Alors que des attaques ont touché un hôpital de Medécins sans frontière en Syrie, le Pentagone s'apprête de son côté à dévoiler un épais rapportsur le raid meurtrier de forces américaines en octobre sur un hôpital de MSF à Kunduz, en Afghanistan.

Le rapport d'environ 3000 pages pourrait être publié dès vendredi, avec toutefois des pans entiers expurgés par les autorités militaires.

Un avion des forces spéciales américaines avait mené un raid meurtrier le 3 octobre sur un hôpital de MSF alors que les forces afghanes tentaient de reprendre le contrôle de Kunduz, ville stratégique à l'époque aux mains des talibans. Le raid avait fait 42 morts.

Le Pentagone avait reconnu fin novembre que le raid avait été causé «avant tout en raison d'erreurs humaines». Une version rejetée par MSF, selon qui, au-delà des erreurs, il y a eu «une grossière négligence des troupes américaines et des violations du droit de la guerre». 

L'armée américaine avait annoncé en mars qu'au moins 10 militaires avaient fait ou allaient faire l'objet de sanctions administratives à la suite de ce raid et poussé le président Barack Obama à présenter ses excuses.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer