Un otage canadien décapité aux Philippines

La victime est le Canadien John Ridsdel (au centre).... (La Presse Canadienne)

Agrandir

La victime est le Canadien John Ridsdel (au centre).

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Agence France-Presse
Manille, Philippines

Un otage canadien a été exécuté par ses ravisseurs philippins du groupe islamiste Abou Sayyaf qui le détenait depuis sept mois, quelques heures après l'expiration d'un ultimatum, «une brutalité» fermement condamnée par le premier ministre Justin Trudeau.

«John Ridsdel, un citoyen canadien retenu en otage aux Philippines depuis le 21 septembre 2015, a été tué par ses ravisseurs», a déclaré le premier ministre canadien.

Interrompant un séminaire ministériel en Alberta, M. Trudeau a condamné «sans réserve la brutalité des ravisseurs et cette mort inutile». Plus tôt dans la journée, la police philippine avait retrouvé la tête décapitée d'un homme blanc sur l'île de Jolo, une place forte d'Abou Sayyaf à 1000 km au sud de Manille.

John Ridsdel ... (AFP) - image 2.0

Agrandir

John Ridsdel 

AFP

Quelques heures après l'expiration d'un ultimatum fixé par Abou Sayyaf, organisation classée terroriste par Ottawa et Washington, deux personnes à moto ont jeté la tête, dans un sac plastique, près d'une mairie de Jolo, a précisé le responsable de la provinciale de l'île, Wilfredo Cayat.

«La responsabilité de ce meurtre commis de sang-froid revient entièrement au groupe terroriste qui a pris la victime en otage», a accusé Justin Trudeau, promettant de travailler avec les autorités philippines et «des partenaires internationaux pour trouver les auteurs de ces actes haineux et les traduire en justice». «Nous devons poursuivre nos efforts diplomatiques pour la paix dans le monde et, surtout, ne pas baisser les bras malgré les événements tragiques comme celui d'aujourd'hui [lundi]», a ajouté le chef.

La chef intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose, a qualifié la nouvelle de l'exécution de «choquante et affligeante». «Des incidents comme cela nous rappellent à tous que la menace du terrorisme demeure très réelle», a-t-elle indiqué dans une déclaration. «Nous devons être solidaires avec nos alliés contre le terrorisme, qui demeure le plus grand défi auquel le monde fait face aujourd'hui.»

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, a demandé au gouvernement Trudeau de faire tout ce qui est possible pour sauver les autres otages et a déclaré que «nous condamnons unanimement cet acte odieux».

John Ridsdel avait été enlevé le 21 septembre dernier, de nuit, alors qu'il se trouvait à bord d'un yacht dans la marina d'un complexe hôtelier du Sud, en compagnie d'un autre Canadien, Robert Hall. La compagne philippine de ce dernier, Marites Flor, et le gérant norvégien du complexe hôtelier, Kjartan Sekkingstad, avaient également été kidnappés.

En mars, les trois hommes étaient apparus émaciés sur une vidéo diffusée par le groupe. Ils déclaraient qu'ils seraient exécutés si une rançon de plusieurs millions de dollars n'était pas versée. Dans une vidéo précédente, les ravisseurs exigeaient un milliard de pesos pour chacun des trois otages étrangers.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a... (La Presse Canadienne, Jeff McIntosh) - image 3.0

Agrandir

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a interrompu un séminaire ministériel en Alberta pour condamner «sans réserve la brutalité des ravisseurs et cette mort inutile». 

La Presse Canadienne, Jeff McIntosh

«Nouvelle Somalie»

Alors que l'incertitude plane sur le sort de MM. Hall et Sekkingstad, Justin Trudeau a averti que son gouvernement «ne communiquera aucune information pouvant compromettre les efforts en cours» pour libérer le Canadien toujours détenu par Abou Sayyaf.

La reprise récente des enlèvements d'étrangers a poussé le ministre de la Sécurité des Philippines, Lugut Panjaitan, à s'inquiéter de voir la région devenir une «nouvelle Somalie».

Qui est Abou Sayyaf?

Le groupe islamiste philippin Abou Sayyaf s'est fait connaître au début des années 2000 en enlevant contre rançon des dizaines de touristes étrangers. Après avoir été inféodée à Al-Qaida, l'organisation a prêté allégeance en 2014 au groupe extrémiste sunnite État islamique qui contrôle des pans de territoire en Irak et en Syrie. Elle détiendrait aujourd'hui une vingtaine d'otages, dont un autre touriste canadien et un Norvégien, tous deux enlevés en même temps que John Ridsdel. Abou Sayyaf, fondé dans les années 90 avec le soutien financier d'Oussama ben Laden, est issu de l'insurrection d'un mouvement séparatiste musulman qui a fait plus de 100 000 morts depuis les années 70. Qualifié de «terroriste» par les États-Unis, il est accusé d'avoir organisé les pires attentats perpétrés dans l'archipel, en particulier celui contre un traversier qui avait fait 116 morts en 2004. 

Flou sur la politique des rançons

Le Canada affirme ne pas payer de rançon... - image 6.0

Agrandir

Le Canada affirme ne pas payer de rançon pour les otages. Or, des documents obtenus par l'Associated Press révèlent que le gouvernement aurait payé environ 1 million $ à Al-Qaida, en 2009, pour la libération de Robert Fowler (à droite), un diplomate canadien enlevé au Niger, qu'on voit ici le lendemain de sa libération avec Louis Guay, capturé en même temps. 

Le gouvernement canadien a publiquement déclaré qu'il ne négociait pas avec les terroristes, mais il pourrait en réalité être plus flexible qu'il ne le dit.

Les Canadiens qui voyagent à l'étranger ne sont pas à l'abri des enlèvements motivés par les gains financiers ou par des raisons politiques et propagandistes, peut-on lire dans le rapport canadien de la Sécurité publique sur le terrorisme paru en 2014.

Le rapport dresse aussi les lignes strictes de l'approche du gouvernement fédéral en cas d'enlèvement : pas de modifications de politiques, pas d'échanges de prisonniers, pas d'immunité et pas de rançon.

Le site Internet des affaires étrangères du Canada affirme que si un Canadien est victime d'un détournement, d'une prise d'otages ou d'un enlèvement, les dirigeants du consulat canadien peuvent «travailler avec les autorités locales pour faciliter une libération rapide et prudente», et maintenir le contact avec un membre désigné de la famille pour la tenir informée.

Il ne se penche pas sur le problème du paiement de la rançon.

Les militants du groupe islamiste Abou Sayyaf, qui ont tué le Canadien John Ridsdel aux Philippines, lundi, avaient demandé une énorme somme d'argent pour lui et trois autres otages.

Une lettre d'Al-Qaïda obtenue par l'Associated Press, il y a trois ans, laisse croire qu'une somme d'environ un million de dollars avait été payée pour la libération du diplomate canadien Robert Fowler, au Niger, en 2009.

M. Fowler, le représentant le plus haut gradé des Nations Unies dans le pays africain, et son collègue Louis Guay, avaient été enlevés et détenus pendant quatre mois avant d'être libérés.

L'agence de presse n'avait cependant pas indiqué qui avait fourni la somme pour la libération de MM. Fowler et Guay.

Dans ses mémoires, M. Fowler a indiqué qu'il ne savait pas si une rançon avait été payée.

Échange de prisonniers

Cependant, le Globe and Mail a rapporté que l'entente - négociée par plusieurs pays occidentaux avec l'aide d'intermédiaires africains - avait impliqué un échange de prisonniers et un paiement de plusieurs millions de dollars.

Un document diplomatique américain ayant filtré au mois de février 2010 avait aussi laissé croire que le Canada effectuait des paiements, citant l'ancien ambassadeur américain au Mali : «Il est difficile de critiquer les pays comme le Mali et le Burkina Faso parce qu'ils facilitent les négociations quand les pays qui paient des rançons, comme l'Autriche et le Canada, ont des laissez-passer.» 

La journaliste Amanda Lindhout, originaire de Red Deer, en Alberta, et le photographe australien Nigel Brennan ont été enlevés en Somalie en 2008. Ils ont été libérés le 25 novembre 2009 après que leur famille eut payé une rançon.  Avec La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer