Tchernobyl devenu réserve inédite d'animaux sauvages

En 1990, une poignée de chevaux de Przewalski en... (AFP, Genya Savilov)

Agrandir

En 1990, une poignée de chevaux de Przewalski en voie de disparition ont été amenés à Tchernobyl pour voir s'ils pouvaient y prendre racine.

AFP, Genya Savilov

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Olga Shylenko
Agence France-Presse
Tchernobyl

Trente ans après la pire catastrophe nucléaire, la zone hautement contaminée autour de la centrale de Tchernobyl, abandonnée par ses habitants, s'est transformée en une réserve unique où prospèrent des animaux sauvages.

«Quand les gens sont partis, la nature est revenue», résume Denis Vichnevski, ingénieur en chef de la «zone d'exclusion», qui se situe dans un rayon de 30 km autour du site accidenté. Autour de lui, un troupeau de chevaux sauvages est à la recherche de nourriture sous une épaisse couche de neige immaculée.

Une image qui pourrait sembler surréaliste à ceux qui ont gardé le souvenir du drame de Tchernobyl et des conséquences désastreuses qu'il avait entraînées pour toute forme de vie.

Le 26 avril 1986, le quatrième réacteur de la centrale de Tchernobyl, situé dans le nord de la république socialiste soviétique d'Ukraine, explose, contaminant une bonne partie de l'Europe. Et dans un rayon de 10 km autour de la centrale fermée en 2000, le niveau de radiation atteint toujours 1700 nanosieverts par heure, un chiffre 10 à 35 fois supérieur à la norme observée aux États-Unis.

Mais selon M. Vichnevski, qui est également zoologiste, la présence humaine est beaucoup plus nocive aux animaux sauvages que les effets de la radiation.

Les animaux ont beau avoir une espérance de vie plus courte et un taux de reproduction moins élevé à cause des effets de la radiation, leur nombre et leur variété ont augmenté à un rythme inédit après la chute de l'URSS en 1991.

«La radiation est partout ici et cela a des effets négatifs», rappelle M. Vichnevski. «Mais c'est moins significatif que l'absence de l'intervention humaine». Plus de 130 000 personnes ont en effet été évacuées de la région dans les jours qui ont suivi l'explosion, abandonnant bacs à sable et balançoires qui sont depuis restés là, comme figés dans le temps.

Renaissance de l'environnement 

Quelque 10 km2 de forêts de pins entourant la centrale ont été détruits peu après la catastrophe en raison de l'absorption d'un niveau élevé de radiation et les divers oiseaux, rongeurs et insectes qu'elles abritaient ont disparu.

Le site de la «Forêt rouge», baptisée ainsi à cause de la couleur des arbres fanés, a été rasé au bulldozer et les pins morts enterrés comme des déchets nucléaires.

Mais une nouvelle forêt de pins et de bouleaux, plus résistants à la radiation, a repoussé au même endroit depuis. Et la nature a connu de curieuses transformations.

D'une part, les espèces dépendant des déchets humains ont disparu comme les cigognes blanches, les moineaux ou les pigeons. Mais des espèces indigènes qui avaient prospéré dans la flore luxuriante bien avant la catastrophe ont réapparu : des loups, des ours, des lynx, des pygargues à queue blanche et bien d'autres.

En 1990, une poignée de chevaux de Przewalski en voie de disparition ont été amenés là pour voir s'ils pouvaient y prendre racine.

L'expérience a réussi et une centaine d'entre eux pâturent aujourd'hui sur des champs vides. «Nous appelons cela une renaissance environnementale», commente M. Vichnevski.

Marina Chkvyria, chercheuse de l'Institut de zoologie Schmalhausen, qui surveille le site de Tchernobyl, prévient toutefois que de nombreux touristes visitant la zone et les employés qui s'occupent de l'entretien de la centrale et de la construction du nouveau sarcophage détériorent cette nature. «On ne peut pas dire que c'est un paradis pour les animaux», souligne-t-elle. «Beaucoup de gens travaillent à la centrale. Il y a des touristes, des braconniers», ajoute la scientifique.

Désormais, reste donc à apprendre à utiliser cette biosphère émergente sans faire de dégâts, souligne M. Vichnevski.

«Le contraste est saisissant entre le Tchernobyl d'avant la catastrophe et celui 30 ans plus tard, assure-t-il. Ces animaux sont probablement la seule conséquence positive de cette terrible catastrophe».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer