Deux Québécois parmi les victimes du séisme en Équateur

  • Le puissant séisme qui a secoué l'Équateur a fait plus de 262 morts et 2500 blessés. (AP)

    Plein écran

    Le puissant séisme qui a secoué l'Équateur a fait plus de 262 morts et 2500 blessés.

    AP

  • 1 / 5
  • Sur le terrain, dimanche, les efforts se poursuivaient pour trouver et tirer d'éventuels survivants des décombres (AFP)

    Plein écran

    Sur le terrain, dimanche, les efforts se poursuivaient pour trouver et tirer d'éventuels survivants des décombres

    AFP

  • 2 / 5
  • À Pedernales, l'une des villes les plus touchées, des maisons détruites, un marché dévasté, des lampadaires au sol et des débris éparpillés sur les trottoirs témoignaient de l'ampleur du séisme. (AP)

    Plein écran

    À Pedernales, l'une des villes les plus touchées, des maisons détruites, un marché dévasté, des lampadaires au sol et des débris éparpillés sur les trottoirs témoignaient de l'ampleur du séisme.

    AP

  • 3 / 5
  • Le cataclysme est survenu dans une des zones sismiques les plus actives de la planète (AFP)

    Plein écran

    Le cataclysme est survenu dans une des zones sismiques les plus actives de la planète

    AFP

  • 4 / 5
  •  (AFP)

    Plein écran

    AFP

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

(Québec) C'est finalement au moins 262 morts et 2500 blessés qu'a faits le puissant séisme qui a secoué l'Équateur samedi soir. Et l'on compte parmi eux une famille québécoise qui a été déchirée par le drame, perdant deux de ses quatre membres, soit la mère et son fils de 12 ans, et laissant les deux survivants, le père et sa fille, dans le deuil.

Le séisme a déchiré une famille québécoise. Jennifer Mawn,... (Photo tirée de Facebook) - image 1.0

Agrandir

Le séisme a déchiré une famille québécoise. Jennifer Mawn, 37 ans, et Arthur Laflamme, 12 ans, auraient péri quand le toit de leur appartement s'est écroulé sur eux. Le conjoint de Mme Mawn, Pascal Laflamme, et leur fille Lauri-Ann, s'en seraient tirés avec des blessures mineures.

Photo tirée de Facebook

À l'heure de mettre sous presse, Affaires mondiales Canada n'avait pas encore confirmé l'identité des victimes canadiennes, mais un proche de la famille décimée s'est confié sur les ondes de TVA Nouvelles. Jennifer Mawn, 37 ans, et Arthur Laflamme, 12 ans, auraient péri quand le toit de leur appartement s'est écroulé sur eux. Le conjoint de Mme Mawn, Pascal Laflamme, et leur fille Lauri-Ann, s'en seraient tirés avec des blessures mineures, a indiqué Réal Laflamme, le père de Pascal, au réseau d'information continue.

D'après des informations prises sur la page Facebook de Mme Mawn, la famille serait originaire de la région de Montréal. Le couple Mawn-Laflamme et ses enfants s'étaient toutefois établis en Équateur récemment après avoir vécu aux îles Maurice et à La Réunion, a révélé le grand-père à TVA. Un oncle de Pascal Laflamme a également confirmé les faits au Globe and Mail.

Secours

Sur le terrain, dimanche, les efforts se poursuivaient pour trouver et tirer d'éventuels survivants des décombres. La secousse d'une magnitude de 7,8, la pire à toucher l'Équateur depuis 1979, est survenue dans l'ouest du pays, une région peu peuplée comprenant de nombreux ports de pêche et plages touristiques, à 170 kilomètres au nord-ouest de Quito, la capitale.

À Portoviejo, l'une des villes les plus touchées, des maisons détruites, un marché dévasté, des lampadaires au sol et des débris éparpillés sur les trottoirs témoignaient de l'ampleur du séisme.

«Nous avons déjà sorti trois personnes décédées et nous pensons qu'il y en a 10 à 11 supplémentaires qui sont coincées», a indiqué à l'Agence France-Presse un membre de l'équipe de sauvetage travaillant sur les ruines de l'hôtel El Gato, un bâtiment de six étages qui s'est entièrement effondré.

Les villes se trouvant à proximité de l'épicentre ont été évacuées par mesure de précaution, au cas où la secousse aurait généré un tsunami. Quelques heures après, les habitants de la côte ont toutefois pu retourner à leur domicile. Les barrages hydroélectriques et les pipelines du pays ont également été fermés pour éviter tout problème, même s'ils ne semblaient pas avoir été endommagés.

Le président équatorien, Rafael Correa, a écourté une visite officielle à Rome pour rentrer au pays et a décrété l'état d'urgence. Il a exhorté les Équatoriens à demeurer forts pendant que les autorités géraient le désastre.

«Tout peut être reconstruit, sauf les vies humaines, et c'est ce qui fait le plus mal», a-t-il déclaré dans une entrevue téléphonique avec la télévision publique avant de quitter Rome en direction de Manta.

Le vice-président Jorge Glas a précisé que 10 000 soldats avaient été dépêchés dans les régions touchées pour prêter main-forte aux équipes de secours. De plus, 4600 agents de la police nationale ont été envoyés dans les villes de Manabi, d'Esmeraldas, de Guayas et de Santa Elena.

Selon les autorités, des refuges ont été mis en place et des hôpitaux de campagne ont été déployés à Pedernales et Portoviejo. Plus de 3000 paquets de nourriture et près de 8000 ensembles de couvertures et oreillers ont été distribués. La province de Manabi, la région la plus durement touchée par la catastrophe, était aux prises avec une panne de courant presque généralisée alors que les recherches pour les survivants se poursuivaient.

Des renforts sont également attendus de Colombie, du Mexique, du Chili, d'Amérique centrale et d'Espagne.

De son côté, le ministre canadien des Affaires étrangères, Stéphane Dion, a déclaré que «c'est avec tristesse que j'ai appris la perte tragique de vies à la suite du tremblement de terre dévastateur qui est survenu samedi près de la côte centrale de l'Équateur [...]. Alors que la situation continue d'évoluer, et au nom du gouvernement du Canada, je tiens à exprimer mes plus sincères condoléances aux familles, aux amis et aux êtres chers des victimes».

Une des zones sismiques les plus actives de la planète

Selon la commission géologique américaine, la magnitude du séisme s'établit à 7,8 et son épicentre se trouvait à 19 km sous terre. Le cataclysme est survenu dans une des zones sismiques les plus actives de la planète. À cet endroit, une vaste plaque tectonique nommée plaque de Nazca, qui fait presque toute la longueur de l'Amérique du Sud, est poussée vers le continent par la plaque du Pacifique. Le long de la côte sud-américaine, elle glisse sous la plaque continentale pour retourner vers le manteau terrestre, soit la partie de la Terre située en dessous de la croûte (les 30 à 40 km de la surface).

C'est ce phénomène titanesque qui a soulevé le sol dans l'ouest de l'Amérique du Sud pour donner naissance à la cordillère des Andes, mais il provoque aussi des tensions souterraines qui, quand elles se relâchent, font trembler le sol.

Dans la région touchée par le séisme, la plaque de Nazca glisse sous la plaque sud-américaine au rythme de 61 mm par année. Cela peut sembler bien lent, mais c'est en réalité considérable - par comparaison, la plaque nord-américaine bouge de 15 à 25 mm par an, et la plaque eurasienne de 7 à 14 mm par an.

Le mouvement de la plaque de Nazca est responsable de nombreux séismes majeurs. Celui de samedi était le septième de magnitude 7 ou plus à survenir en Équateur depuis 1900. Et cette plaque a également causé de nombreux autres séismes majeurs le long de la côte ouest de l'Amérique du Sud, incluant la pire secousse jamais enregistrée, d'une magnitude de 9,5, en 1960, au Chili.

Partager

À lire aussi

  • Quelques lueurs d'espoir en Équateur

    Monde

    Quelques lueurs d'espoir en Équateur

    Une fillette et d'autres survivants extirpés des décombres : les secouristes équatoriens et internationaux ont été récompensés de leurs recherches... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer