Les Bruxellois dans la rue «contre la haine»

Des milliers de personnes ont pris part dimanche... (AFP)

Agrandir

Des milliers de personnes ont pris part dimanche à Bruxelles à la «marche contre la terreur et la haine», en réponse aux attentats qui ont fait 32 morts le 22 mars.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Matthieu Demeestere
Agence France-Presse
Bruxelles

«Daech casse toi, Bruxelles n'est pas à toi!» Sept mille personnes, selon la police, ont rendu un émouvant hommage dimanche dans les rues de la capitale belge aux 32 morts des attentats du 22 mars à l'occasion d'une marche oecuménique «contre la terreur et la haine», une participation néanmoins en deçà de la foule espérée par les organisateurs.

Le cortège principal, d'où émergeaient des fleurs et diverses pancartes célébrant le «vivre ensemble» et condamnant le terrorisme, s'est élancé en silence de la Gare du Nord peu après 14h (8h, heure du Québec).

Après la jonction avec un millier d'autres marcheurs arrivés du centre de la commune sensible de Molenbeek, il a atteint son point d'arrivée peu avant 16h, pour un moment d'hommage aux personnes tuées il y a presque un mois à l'aéroport et dans le métro bruxellois.

Un homme a égrené un par un les 32 noms avec les âges, de 21 à 79 ans. Puis la parole a été donnée à des témoins des attentats et à des proches des victimes, de toutes origines.

«Notre islam est basé sur l'amour de Dieu et sur l'amour de l'autre, peu importe sa culture, son origine, sa religion», a écrit dans un message lu par une proche le mari de Loubna Lafquiri, une jeune mère belgo-marocaine de trois enfants tuée à la station de métro Maelbeek. «Ma princesse, mon trésor, mon amour éternel, je te dis à bientôt», ajoutait l'auteur du texte.

Un employé de l'aéroport, qui a vécu «l'impensable» le 22 mars, a encouragé les gens à suivre des formations de secourisme, sa propre expérience lui ayant permis d'apporter les premiers soins à des blessés.

Au milieu des marcheurs, vers la tête du cortège, un camion de pompiers, gyrophares allumés, roulait au pas. Le symbole du «rôle important des secouristes lors des attentats», a expliqué le porte-parole des pompiers, Pierre Meys.

Cortège oecuménique

Suivaient peu après les principaux représentants des cultes musulman, juif, catholique, protestant, orthodoxe, ce dont le ministre de la Justice, le chrétien-démocrate flamand Koen Geens, s'est dit «très heureux».

«Je ne crois pas à une différence quelconque entre les cultes, on partage tous cette conviction qu'il faut défendre la paix», a déclaré le ministre.

La manifestation, issue d'une initiative citoyenne relayée par quelque 160 organisations, devait initialement se dérouler le 27 mars, cinq jours après les attentats. Mais elle avait été annulée, les autorités craignant alors pour la sécurité des participants.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer