Le pari risqué de la destitution de Rousseff

Des membres du mouvement Descendez dans les rues... (AFP, Evaristo Sa)

Agrandir

Des membres du mouvement Descendez dans les rues installent des pancartes montrant des députés en faveur et en défaveur de la destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff devant le Congrès national dans la capitale du pays, Brasilia.

AFP, Evaristo Sa

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Agence France-Presse
Rio de Janeiro

Le Brésil s'est lancé dans une aventure incertaine avec la volonté de l'opposition de destituer la présidente Dilma Rousseff, personne n'imaginant une sortie rapide de la crise quelle que soit l'issue de la procédure parlementaire.

Si Mme Rousseff était écartée, elle serait remplacée par son vice-président centriste, Michel Temer, qui irait jusqu'au bout du mandat fin 2018.

Afin de sortir le pays de la récession et de restaurer la confiance de la population dans les institutions, minées par les scandales de corruption, la recherche de consensus, voire d'un simple accord à minima, paraît compliquée.

La présidente a appelé jeudi à «un grand pacte» passant par une «indispensable réforme politique», mais sans en préciser les contours.

«Le paysage est très nébuleux, cette crise ne cessera pas avec un simple changement de personnes», qui de toute façon «resteront exposées à de prochains scandales», explique à l'AFP Edson Sardinha, responsable du site d'informations parlementaires Congresso em Foco.

«Dans toutes les hypothèses, il y aura de grandes difficultés», car Mme Rousseff ou M. Temer devront prendre des mesures qui frustreront leurs camps respectifs, estime Ribamar Oliveira, chroniqueur au quotidien financier Valor Economico.

Selon un sondage de l'institut Datafolha diffusé samedi soir, 61 % des Brésiliens - contre 68 % à la mi-mars - sont favorables à la destitution de Mme Rousseff et 58 % à celle de Temer.

Très impopulaire, Mme Rousseff a nommé à la mi-mars Luiz Inacio Lula da Silva, son prédécesseur (2003-2010) et mentor politique, comme chef de cabinet, poste équivalent à celui de premier ministre, afin de mobiliser les soutiens nécessaires à la Chambre des députés (le tiers des voix) pour faire barrage à sa destitution. Mais cette nomination a été gelée par la justice, qui enquête sur l'implication présumée de l'ex-chef d'État dans le scandale de corruption Petrobras.

Subterfuge

Jeudi soir, le procureur général Rodrigo Janot a recommandé que la Cour suprême annule l'entrée de Lula au gouvernement, estimant qu'il s'agissait d'un subterfuge pour le faire échapper à la justice ordinaire. Cela n'empêche pas cette figure emblématique de la gauche latino-américaine de multiplier les contacts dans un hôtel de Brasilia.

Lula conserve l'espoir d'entrer au gouvernement dont il deviendrait l'homme fort en vue d'une possible candidature à la présidentielle de 2018.

Sa première mission en tant que chef du cabinet de Mme Rousseff serait d'essayer d'apaiser les marchés, qui réclament des mesures d'austérité, et les grands secteurs industriels et de l'agro-industrie, qui se sont prononcés en faveur de la destitution de la présidente.

Ribamar Oliveira estime cependant «peu probable que Lula pourra adopter quelque mesure qui contrarie les organisations et mouvements sociaux de gauche qui manifestent dans les rues contre "le coup d'État" visant Dilma».

Edson Sardinha souligne que Mme Rousseff, même si elle surmonte la destitution «n'aura pas les moyens de gouverner», parce que «sa coalition sera toujours aussi divisée» et que l'opposition ne lui fera aucune concession.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer