L'armée syrienne reprend Palmyre

Palmyre figure sur la liste des sites du... (Photo AFP)

Agrandir

Palmyre figure sur la liste des sites du Patrimoine mondial de l'UNESCO.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Albert Aji, Philip Issa
Associated Press
Damas

Appuyées par les frappes aériennes russes, les forces gouvernementales syriennes ont réussi, dimanche, à chasser les combattants du groupe armé État islamique (ÉI) de Palmyre, mettant ainsi un terme au règne de 10 mois de l'organisation terroriste sur la cité antique dont les célèbre ruines vieilles de 2000 ans ont déjà attiré des dizaines de milliers de touriste annuellement.

L'armée syrienne a mené une offensive de près de trois semaines pour reconquérir la ville, surnommée «la perle du désert» par les Syriens, qui était tombée aux mains des extrémistes en mai dernier. Il s'agit de la plus récente d'une série de défaites subies par l'ÉI, qui a perdu du terrain sur plusieurs fronts en Syrie et en Irak au cours des derniers mois.

Dans des commentaires rapportés par la télévision d'État, le président syrien, Bachar el-Assad, a décrit l'opération militaire à Palmyre comme une «réussite importante» prouvant une fois de plus l'efficacité de la stratégie adoptée par les forces gouvernementales et leurs alliés dans leur lutte contre le terrorisme.

Le général Ali Mayhoub a déclaré sur les ondes de la chaîne publique que la chute de Palmyre constituait un «coup fatal et direct» contre l'ÉI qui minerait le moral de ses militants et précipiterait sa fin. Il a ajouté que cette reconquête ouvrait la voie à la reprise de Raqqa, la capitale de facto du groupe armé, et de Deir el-Zour, une ville de l'est du pays en grande partie contrôlée par l'organisation terroriste.

Pièges explosifs

La station a rapporté que les troupes syriennes s'affairaient maintenant à désamorcer les pièges explosifs dissimulés par l'ÉI dans la cité.

Cette victoire est à la fois stratégique et symbolique pour le gouvernement Assad, qui tente de se présenter comme un rempart contre le terrorisme. Palmyre était un point de jonction essentiel de la chaîne d'approvisionnement de l'ÉI qui reliait ses territoires dans le centre et le nord de la Syrie à la province irakienne d'Anbar, où le groupe armé contrôle aussi de nombreuses zones.

L'ÉI n'avait mis que quelques jours à vaincre les forces gouvernementales protégeant Palmyre en mai et avait plus tard entrepris de détruire certains des monuments les plus connus de la ville, dont deux grands temples construits il y a 1800 ans et un arc de triomphe romain.

Palmyre figure sur la liste des sites du Patrimoine mondial de l'UNESCO.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer