«C'était la débandade»

Une victime de l'explosion dans la station de... (AFP, Emmanuel Dunand)

Agrandir

Une victime de l'explosion dans la station de métro Maelbeek reçoit les premiers soins.

AFP, Emmanuel Dunand

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Agence France-Presse
Bruxelles

Ils prévoyaient s'envoler vers des destinations exotiques ou rentrer chez eux, mais pour des milliers de touristes, le voyage s'est arrêté dans la petite ville de Zaventem, où certains passeront la nuit.

8h, à l'aéroport de Bruxelles-Zaventem. Des centaines de personnes défilent au comptoir d'enregistrement. Les serveurs font rugir les percolateurs, et dans les magasins, les vendeurs attendent les clients. Dans le hall d'entrée, trois hommes poussent des chariots sur lesquels sont posées leurs valises. À l'intérieur, des explosifs.

Soudain, un «boum». Puis quelques mots hurlés en arabe et une seconde explosion, plus puissante encore.

En l'espace de quelques secondes, les djihadistes transforment le décor rassurant de l'aéroport en scène de carnage : sous la violence de l'explosion, une partie du plafond s'effondre, des vitres explosent et au sol, des dizaines de victimes gisent, en sang. Certains ont les jambes en charpie, d'autres sont morts, une mère tient son enfant en sang dans les bras.

Au comptoir de Swissport, une entreprise de sous-traitance aérienne au sol, les employés ne sont qu'à quelques mètres de l'attaque. En entendant la première explosion, Peter, un des employés, attrape un enfant et le cache sous son comptoir.

Autour d'eux, c'est la panique. Des centaines de personnes abandonnent leurs valises et fuient en hurlant ou en pleurant. D'autres se jettent à terre ou se cachent, craignant de nouvelles déflagrations.

«Tout le monde fuyait, tout le monde trouvait un moyen pour se planquer, c'était la débandade», raconte Michel Mpoy, 65 ans.

Mais pendant que certains s'échappent, d'autres, voyageurs ou employés, prêtent la main aux secouristes pour aider les victimes.

Arrivé une poignée de minutes après l'attaque, le maire de Zaventem, Francis Vermeiren, décrit une «situation de guerre», «atroce à voir» mais observe une «combativité, une solidarité».

Autour de l'aéroport, les routes sont fermées, les transports bloqués. De toutes parts, retentissent les sirènes des véhicules de secours. Tandis qu'à l'intérieur sont soignés les blessés, les voyageurs sont évacués.

Certains patientent dans leur avion, qui s'apprêtait à décoller et restera finalement à terre. Ils découvrent sur leurs portables ce qui vient de se passer.

Des milliers d'autres, hagards, sont massés sur des stationnements ou sur le tarmac pendant que les policiers fouillent les lieux à la recherche d'armes et de suspects.

L'aéroport, véritable ruche où travaillent 20 000 personnes, est désormais totalement vide, à l'exception des enquêteurs. Près de 600 vols ont été annulés et des dizaines de milliers de personnes évacuées.

Au fil de la journée, des centaines de personnes grimpent dans des bus spécialement affrétés. Souvent sans leurs valises, restées dans la soute de l'avion ou au comptoir d'enregistrement, ils n'ont que leurs vêtements sur le dos, parfois des couvertures qui leur sont offertes. On les emmène dans un gymnase de Zaventem, interdit d'accès aux médias. Encore sous le choc, ils s'y reposent, mangent un morceau, se confient à des psychologues. Des compagnies aériennes viennent régulièrement chercher leurs passagers pour les emmener dans des hôtels réservés à la dernière minute.

Des dizaines d'autres dormiront sur place. À quelques centaines de mètres, l'aéroport est, lui, fermé. Il devrait encore le rester mercredi.

L'horreur dans le métro

Filip Bederski était dans le métro lorsque l'explosion meurtrière est survenue, mardi matin, à la station Maelbeek à Bruxelles, en plein coeur du quartier européen.

«Au début, il m'a fallu un peu de temps pour comprendre si c'était un accident ou une explosion. Mais l'explosion était tellement forte qu'on s'est vite rendu compte qu'il y avait quelque chose de pas normal», raconte-t-il en entrevue. Peu après que l'explosion eut ravagé une partie du train, la panique s'est propagée au milieu des cris, des éclats de verre et des visages ensanglantés.

Filip Bederski se trouvait alors dans le premier wagon, où les passagers n'ont souffert que de blessures mineures. Le chauffeur du métro est rapidement venu leur porter secours. Les passagers ont alors pu s'extirper du train par une fenêtre du wagon pour ensuite regagner la station.

«C'est à ce moment-là qu'on a vu...», poursuit-il.

«Il y avait des gens qui n'entendaient plus rien, des blessés qui ne savaient pas où aller.»

Dans l'immense nuage de fumée qui s'est formé dans la station Maelbeek, Filip Bederski voit des visages en sang, des gens «complètement sonnés», des débris partout.

«Il y avait des gens qui n'arrivaient plus à respirer, ils étaient affolés, ils pleuraient, ça criait», rapporte-t-il, la voix posée.

«Moi, ça va», laisse-t-il tomber, disant simplement souffrir d'un mal de tête survenu à la suite de la puissante déflagration.

Lorsque l'explosion est survenue peu après 9h, 20 personnes ont perdu la vie à la station de métro Maelbeek - située à un jet de pierre des institutions européennes.  Avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer