Attaques chimiques de l'EI en Irak

La petite Irakienne Fatima Wais, 3 ans, est... (AFP, Marwan Ibrahim)

Agrandir

La petite Irakienne Fatima Wais, 3 ans, est morte après une attaque chimique attribuée au groupe armé État islamique.

AFP, Marwan Ibrahim

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Qassim Abdul-Zahra
Associated Press
Bagdad

Les autorités irakiennes affirment que le groupe armé État islamique (EI) a effectué deux attaques chimiques près de la ville de Kirkouk, dans le nord du pays, tuant une fillette de trois ans et blessant au moins 600 personnes.

Ces attaques auraient aussi forcé des centaines d'autres personnes à fuir la région.

Des responsables des hôpitaux et de la sécurité ont rapporté que la plus récente attaque a eu lieu samedi dans la petite ville de Taza, qui a également été frappée mercredi par des roquettes transportant des produits chimiques.

«La peur et la panique ont gagné les femmes et les enfants», a déclaré Adel Hussein, un responsable local de Taza. «Ils demandent au gouvernement central de les sauver.» Des équipes médico-légales allemande et américaine sont arrivées sur les lieux pour analyser la présence d'agents chimiques.

Les blessés souffrent de brûlures infectées, d'asphyxie et de déshydratation, a affirmé Helmi Hamdi, un infirmier à l'hôpital de Taza, ajoutant que huit personnes avaient été transférées à Bagdad pour être soignées.

D'après des autorités américaines et irakiennes, les forces spéciales américaines ont capturé le chef de l'unité de l'ÉI qui développe des armes chimiques, le mois dernier, dans le nord de l'Irak.

Pas une grande menace

Selon la coalition aérienne dirigée par les États-Unis, les armes chimiques utilisées par l'EI jusqu'à maintenant contenaient du chlore et un gaz moutarde bas de gamme, qui est peu puissant. «C'est une menace légitime. Ce n'est pas une grande menace. Bien franchement, ce n'est pas ce qui nous empêche de dormir», a dit le colonel américain Steve Warren devant des journalistes, vendredi.

La coalition a commencé à cibler les installations de fabrication d'armes chimiques de l'ÉI avec des frappes aériennes et des opérations spéciales il y a deux mois, ont indiqué des responsables du renseignement irakien et un responsable de la sécurité occidental.

Les frappes des avions visent les laboratoires et l'équipement, et des forces spéciales prévoient s'attaquer aux experts chimiques, ont-ils ajouté, sous le couvert de l'anonymat.

Le groupe État islamique aurait créé une unité spéciale pour la recherche sur les armes chimiques. Des scientifiques irakiens ayant travaillé sur des programmes d'armement pour l'ancien président Saddam Hussein ainsi que des experts étrangers feraient partie de l'équipe. Ils auraient réussi à créer une quantité limitée de gaz moutarde.

Des tests ont confirmé que du gaz moutarde avait été utilisé dans une ville en Syrie, au moment où l'EI y a commencé des frappes. Il y a eu d'autres allégations non vérifiées d'attaques chimiques en Syrie et en Irak.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer