Des migrants bloquent une voie ferrée en Grèce

Plus de 11 000 personnes demeurent coincées du... (AP, Petros Giannakouris)

Agrandir

Plus de 11 000 personnes demeurent coincées du côté grec de la frontière avec la Macédoine.

AP, Petros Giannakouris

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Associated Press
Idomeni

Des migrants massés à la frontière séparant la Grèce et la Macédoine ont bloqué jeudi matin une voie ferrée parce qu'on leur a refusé de faire route en direction des pays de l'Europe de l'ouest.

Certains d'entre eux se sont couchés sur la voie ferrée du côté grec de la frontière, à Idomeni, empêchant ainsi un convoi ferroviaire arrivant de la Macédoine de poursuivre son chemin vers le sud.

Plus de 11 000 personnes demeurent coincées du côté grec de la démarcation, à environ 120 kilomètres au sud-est de Skopje, la capitale macédonienne.

La Macédoine a expliqué qu'elle ne laisserait entrer sur son territoire que le nombre de migrants qui seront acceptés par la Serbie, le pays qui constitue l'étape suivante de la migration vers le nord-ouest de ces milliers de personnes.

Les autorités grecques ont indiqué que dans la période de 24 heures s'étendant jusqu'à 6h, jeudi matin, 500 personnes avaient été autorisées à entrer en Macédoine. Plusieurs autres ont été refoulées, la Macédoine ne reconnaissant pas la validité de leurs documents d'identité.

La Grèce a demandé à l'Union européenne une aide d'urgence pour gérer la crise.

Près de 32 000 personnes au pays

Le nombre de réfugiés et migrants à travers la Grèce a atteint près de 32 000 personnes, a indiqué jeudi le ministre adjoint de la Défense, Dimitres Vitsas. «Il y a actuellement dans les îles de la mer Égée 6857 réfugiés» (arrivés des proches côtes turques) et «en Grèce continentale 24 985», a précisé M. Vitsas lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre chargé de la politique d'immigration Yannis Mouzalas sur la gestion de la crise migratoire.

«Nous avons conscience que les conditions sont difficiles à Idomeni et nous nous activons pour changer cette situation», a-t-il ajouté, soulignant que les réfugiés et migrants «utilisent les réseaux sociaux» et certains savent que la frontière est fermée, «ce qui pourrait calmer pour un temps le flux».

Le premier ministre grec Alexis Tsipras doit annoncer vendredi «le plan» détaillé du pays sur la gestion des migrants, après une réunion prévue avec les dirigeants de tous les partis politiques du pays.

M. Mouzalas a pour sa part estimé que «la situation était actuellement gérable», et exprimé l'espoir qu'elle allait «s'arranger». «Nous avons réussi à construire 10 000 places en plus dans des centres d'accueil en 10 jours et nous donnons à manger à des milliers de personnes tous les jours», a-t-il dit.

D'anciens sites olympiques dans la banlieue d'Athènes sont aménagés pour accueillir des personnes, et des hôtels d'une capacité de 2000 places ont été mis à la disposition de migrants par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Dans le cadre d'une aide de 700 millions d'euros que la Commission européenne a décidé mercredi d'allouer aux pays européens les plus touchés par la crise migratoire, la Grèce a demandé 480 millions d'euros pour l'accueil de 100 000 réfugiés sur son territoire.  AFP

Des migrants bloquent une voie ferrée en Grèce

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer