Entente sur un cessez-le-feu en Syrie

Des volontaires syriens participent à un entraînement militaire... (Agence France-Presse, LOUAI BESHARA)

Agrandir

Des volontaires syriens participent à un entraînement militaire au sein de l'armée étatique.

Agence France-Presse, LOUAI BESHARA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Maeva Bambuck, Bradley Klapper
Associated Press
Damas, Syrie

Les États-Unis et la Russie se sont entendus sur les conditions d'un cessez-le-feu qui entrera en vigueur samedi en Syrie.

Cette trêve n'englobera pas les frappes contre le groupe armé État islamique, les groupes affiliés au réseau Al-Qaida (comme le Front Nousra) ou toute organisation désignée comme «terroriste» par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Les deux pays se sont entendus sur les termes et les conditions d'une «cessation des hostilités».

L'annonce met fin à des semaines de tractations diplomatiques qui se sont intensifiées au cours des derniers jours, dans l'espoir d'en arriver à une trêve temporaire qui permettrait une reprise des pourparlers à Genève.

L'entente doit être acceptée par les belligérants d'ici à vendredi.

Le département d'État américain a rendu public le document de cinq pages lundi, après que les présidents Barack Obama et Vladimir Poutine se soient entretenus au téléphone.

«Si elle est mise en place et respectée, cette trêve ne mènera pas seulement à un déclin de la violence, mais permettra aussi un accroissement des livraisons d'une aide humanitaire dont les zones assiégées ont grandement besoin et appuiera la transition politique vers un gouvernement qui respecte les désirs du peuple syrien», a dit le secrétaire américain John Kerry.

Le plan prévoit la création d'un groupe de travail pour surveiller le respect de la trêve et la mise en place d'une ligne d'urgence. Les deux pays partageront les «informations pertinentes» concernant les territoires contrôlés par les rebelles qui acceptent le cessez-le-feu.

L'entente prévoit que ces groupes cesseront toutes leurs attaques contre les forces syriennes et leurs alliés. En échange, le régime Assad et la Syrie doivent mettre fin aux frappes aériennes contre les groupes d'opposition et cesser de tenter de s'emparer de leurs territoires. Ils doivent aussi fournir aux agences humanitaires un accès rapide, facile et soutenu aux secteurs qu'ils contrôlent. La force utilisée pour se défendre devra enfin être «proportionnelle».

Le leader d'une alliance d'opposition appuyée par l'Arabie saoudite a dit par communiqué que les factions rebelles ont accepté «en principe» une trêve temporaire conclue par la communauté internationale. Riad Hijab n'a pas offert plus de détails, mais il a demandé à la Russie, à l'Iran et au gouvernement syrien de mettre fin aux attaques, de lever les blocus et de relâcher les prisonniers détenus en Syrie.

Semaine «cruciale»

L'envoyé spécial des Nations Unies en Syrie, Staffan de Mistura, avait indiqué à l'Associated Press lundi que la semaine qui débute serait «cruciale» pour les efforts diplomatiques pour tenter de mettre fin aux combats. Il a toutefois refusé de donner plus de détails concernant les pourparlers.

Le Kremlin a fait savoir lundi que le président Poutine s'est entretenu avec l'émir du Qatar, un des principaux alliés des rebelles qui luttent contre le régime de Bachar Al-Assad. M. Poutine avait également discuté, vendredi, avec le roi saoudien Salman, qui appuie lui aussi les rebelles.

Même si la trêve est acceptée, cela ne signifie pas pour autant que les combats cesseront en Syrie. La Russie ira certainement de l'avant avec sa campagne de frappes aériennes contre des cibles «terroristes», mais qui, selon les États-Unis et leurs alliés, vise des groupes d'opposition «modérés» et fait des victimes civiles.

Le groupe armé État islamique continuera à tenter d'élargir son califat autoproclamé en Syrie et le Front Nousra ne renoncera pas à renverser le régime Assad. Les combats entre les militants kurdes, les djihadistes et les forces turques se poursuivront aussi.

Crimes de guerre «courants»

Par ailleurs, des enquêteurs onusiens ont prévenu lundi que les crimes de guerre sont «courants» en Syrie et que le conflit est devenu une «guerre par factions interposées dirigée depuis l'étranger par un réseau complexe d'alliances».

Décochant une flèche en direction des États-Unis et de la Russie, la Commission d'enquête internationale indépendante sur la République arabe syrienne note que les puissances internationales et les pays de la région qui réclament une solution pacifique sont les mêmes que ceux qui «continuent à alimenter l'escalade militaire».

Les enquêteurs préviennent également que «l'État syrien disloqué est au bord de l'effondrement» et mettent en garde contre «un risque croissant d'internationalisation du conflit». Les forces gouvernementales et le groupe armé État islamique continuent à commettre des crimes contre l'humanité, ajoutent-ils.

Le rapport révèle enfin que l'armée syrienne manque gravement de soldats, ce qui l'oblige de plus en plus à faire appel à des milices étrangères, «ce qui entraîne une fragmentation croissante des forces gouvernementales et la décentralisation de l'autorité de l'État syrien».

L'opposition va accepter «sous conditions»

Le Haut comité des négociations (HCN), qui rassemble des groupes clés de l'opposition syrienne, va accepter «sous conditions» le cessez-le-feu en Syrie annoncé par Moscou et Washington pour samedi, a-t-il annoncé lundi dans un communiqué.

Le HCN «accepte de répondre positivement aux efforts internationaux visant à instaurer un cessez-le-feu» en Syrie, mais précise que «son engagement est conditionnel» à la levée des sièges des villes syriennes, la libération des prisonniers, l'arrêt des bombardements des civils et la livraison d'aide humanitaire.

Selon ce communiqué du HCN, qui était réuni lundi à Ryad, le cessez-le feu «doit être annoncé simultanément par toutes les parties».

Riad Hijab, chef du HCN cité dans ce communiqué, a dit douter que le régime et ses alliés «s'engagent à arrêter leurs actes hostiles».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer