«Bonne conversation» sur les migrants entre George Clooney et Angela Merkel

George Clooney, qui s'est impliqué dans plusieurs causes humanitaires,... (AFP, Guido Bergmann)

Agrandir

George Clooney, qui s'est impliqué dans plusieurs causes humanitaires, est en Allemagne pour la Berlinale. Il a rencontré la chancelière allemande en compagnie de sa femme, Amal.

AFP, Guido Bergmann

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kirsten Grieshaber
Agence France-Presse
Berlin

Critiquée de toutes parts pour sa politique d'ouverture aux réfugiés, Angela Merkel s'est offert un bref moment de répit vendredi à Berlin en recevant sur le sujet la star hollywoodienne George Clooney et sa femme Amal, très engagés dans l'humanitaire, pour discuter des efforts déployés par l'Europe pour accueillir les réfugiés fuyant la guerre civile en Syrie.

L'entretien s'est tenu à la chancellerie, loin des journalistes. Seuls quelques clichés officiels montrant un George Clooney en costume sombre et cravate en discussion concentrée avec Mme Merkel ont été diffusés par le service de presse du gouvernement. Et Mme Merkel a choisi le registre de la sobriété pour commenter l'échange. 

Mme Merkel a déclaré devant les journalistes en fin de journée qu'elle avait eu une «très bonne conversation» avec les Clooney et M. Miliband. Ils ont notamment parlé de l'importance de la coopération entre le gouvernement et les organismes pour encourager les citoyens à aider les réfugiés.

«Nous avons évoqué l'engagement de l'ONG de George Clooney», International Rescue Committee (IRC), «de sa femme et de David Milliband», l'ancien ministre britannique des Affaires étrangères et président de IRC, a-t-elle dit à la presse. «Nous avons parlé des possibilités pour une ONG et un gouvernement de travailler ensemble sur les causes qui poussent les gens à fuir [leurs pays], et aussi de comment encourager les gens à s'engager dans cette cause», a-t-elle ajouté.

Dans une interview à la chaîne de télévision allemande ZDF, l'acteur américain de 54 ans, venu dans la capitale allemande pour présenter Ave, César!, le dernier film des frères Coen au festival de cinéma Berlinale, a dit de son côté avoir parlé «du meilleur moyen d'aider» les réfugiés. «Je suis tout à fait conscient de la difficulté de la tâche», a-t-il ajouté en rendant hommage «à tous ces bénévoles» et «à tous ces Allemands» qui se mobilisent pour accueillir les migrants.

Connu pour son engagement politique et humanitaire, en particulier pour le Darfour, une région reculée du Soudan, la vedette avait annoncé la veille la rencontre avec Angela Merkel, provoquant un fort engouement médiatique. Des dizaines de photographes et équipes de télévision ont tenté de le localiser durant la journée à la chancellerie ou dans des centres de réfugiés où la rumeur l'annonçait pour une visite imminente.

Les services de la chancelière ont bien tenu à préciser que la rencontre avec l'acteur américain avait été «souhaité par M. Clooney» et «permis un échange sur la question des réfugiés mais aussi sur les conflits internationaux».

Questions

Le quotidien allemand Berliner Zeitung s'est néanmoins interrogé sur l'opportunité de la rencontre, estimant qu'elle pourrait «se retourner» contre Mme Merkel. «La chancelière rencontre un acteur à un moment où, du fait de la perte de confiance envers sa politique migratoire, elle pourrait se voir reprocher de préférer les lumières de Hollywood plutôt que de résoudre les problèmes urgents du pays», a écrit le journal.

Car la discussion avec George Clooney et son épouse, une avocate très engagée elle aussi dans les causes humanitaires, n'a constitué qu'une brève pause pour la chancelière. Juste après, retour à ce qui fait le quotidien de la chancelière ces derniers mois sur la crise migratoire: un entretien avec un de ses partenaires européens mécontent du cap généreux suivi par Berlin. Il s'agissait cette fois de son homologue polonaise Beata Szydlo, qui le même jour dans une interview à la presse allemande demandait à Angela Merkel «un virage» sur les migrants.

L'Allemagne a accueilli à elle seule en 2015 plus d'un million de demandeurs d'asile, ce qui vaut à Angela Merkel des critiques croissantes.  Avec AP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer