La presse britannique se déchaîne contre l'appel de l'ONU sur Julian Assange

L'ONU a appelé vendredi à mettre fin à... (Archives AFP)

Agrandir

L'ONU a appelé vendredi à mettre fin à la «détention arbitraire» de Julian Assange à l'ambassade de l'Équateur à Londres.

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

La presse britannique juge samedi que Julian Assange devrait faire face aux accusations portées contre lui et discute la légitimité du comité de l'ONU qui a appelé à mettre fin à sa «détention arbitraire».

«Plus Assange est allé haut dans sa "quête de justice", plus il a eu l'air petit», affirme le Guardian.

«Il ressemble de plus en plus à n'importe quel type qui ne parviendrait pas à faire face à une accusation de viol», poursuit le quotidien.

Le fondateur de WikiLeaks, accusé de viol par une Suédoise et sous le coup d'un mandat d'arrêt européen, a demandé vendredi au Royaume-Uni et à la Suède de le laisser sortir de l'ambassade de l'Équateur à Londres, où il est confiné depuis plus de trois ans, conforté par la décision d'un groupe de travail de l'ONU.

Ce comité a appelé à mettre fin à sa «détention arbitraire», mais les gouvernements britannique et suédois ont immédiatement rejeté cet avis, Londres laissant entendre qu'Assange serait arrêté s'il mettait un pied hors de l'ambassade.

«Étant donné que le comité de l'ONU est constitué intégralement d'universitaires, apparemment dépourvus de toute expérience judiciaire, en matière de droit international public ou de droit d'asile, sa compétence institutionnelle laisse pantelant», écrit encore le Guardian.

The Independent s'interroge: «Nous ne savons pas si Julian Assange est un violeur, alors pourquoi ne pas vouloir savoir?»

«Pour beaucoup, on dirait que son travail avec WikiLeaks le place au-dessus des lois, et rend impossible l'idée qu'il ait pu commettre une agression sexuelle», ajoute-t-il.

«La comédie dramatique de ces cinq dernières années montre parfaitement comment, quand il s'agit d'accusations de violence sexuelle, notre société et certaines de nos plus importantes institutions internationales penchent toujours en faveur des hommes privilégiés», note-t-il encore.

Le Daily Telegraph estime que les Nations Unies ont été ridiculisées par la prise de position de ses experts.

«Comment osent-ils ?» s'offusque le Sun en une. «Colère qu'un comité de l'ONU demande à la Grande-Bretagne de payer des indemnités à Julian Assange qui s'est soustrait à la justice pendant trois ans», écrit le tabloïd.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer