«El Chapo» avait accordé une entrevue à Sean Penn

Les journaux de Mexico ont fait leur une... (AFP, Alfredo Estrella)

Agrandir

Les journaux de Mexico ont fait leur une avec la capture d'«El Chapo». Son arrestation a été rendue possible grâce aux contacts que le narcotraficant tentait de nouer auprès de producteurs pour la réalisation d'un film autobiographique.

AFP, Alfredo Estrella

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sylvain Estibal
Agence France-Presse
Mexico

De retour samedi à la prison de haute sécurité d'où il s'était échappé de façon spectaculaire six mois plus tôt, le baron de la drogue mexicain Joaquin «El Chapo» Guzman a été trahi par son désir d'avoir son propre biopic. Son besoin de notoriété l'a même poussé à accorder une entrevue secrète avec l'acteur Sean Penn, parue samedi dans le magazine Rolling Stone.

L'entrevue d'octobre 2015, publiée au lendemain de l'annonce de la capture du narcotrafiquant le plus recherché au monde, dans la ville côtière de Los Mochis, dans l'État de Sinaloa, sa région natale, fait partie des éléments d'enquête qui ont permis d'aboutir à son arrestation, a dit une source sous le couvert de l'anonymat.

Le baron mexicain de la drogue Joaquin «El... (Courtoisie) - image 2.0

Agrandir

Le baron mexicain de la drogue Joaquin «El Chapo» Guzman a rencontré l'acteur américain Sean Penn dans sa cachette au Mexique.

Courtoisie

Dans l'article et l'entrevue, Sean Penn décrit les mesures complexes qu'il a dû prendre pour rencontrer El Chapo. Sean Penn a déclaré qu'il s'était rendu en octobre 2015 dans la forêt mexicaine pour avoir «une rencontre de sept heures» avec le célèbre trafiquant, suivie d'entrevues par téléphone et vidéo. Il affirme avoir discuté de plusieurs sujets avec Joaquin Guzman, dont le trafic de drogue et la situation au Moyen-Orient. Lorsque l'acteur a demandé à «El Chapo» qui devait être tenu responsable du trafic de drogue, ce dernier aurait répondu: «S'il n'y avait pas de consommation, il n'y aurait pas de ventes. Il est vrai que la consommation, jour après jour, devient de plus en plus importante. Alors ça se vend, encore et encore.»

Projet de film biographique

L'arrestation du fugitif a été rendue possible grâce notamment aux contacts qu'il tentait de nouer auprès de producteurs et d'actrices pour la réalisation d'un film autobiographique. C'est un «aspect important qui nous a permis de le localiser», a déclaré la procureure générale mexicaine Arely Gomez lors d'une conférence de presse sur le tarmac de l'aéroport de Mexico plus tôt en journée.

Guzman a été emmené à bord d'un hélicoptère de l'armée vers la prison d'Altiplano, à 90 kilomètres de la capitale, d'où il s'était évadé le 11 juillet, suivant un scénario rocambolesque, digne d'un film hollywoodien.

Bénéficiant de complicités internes «El Chapo» (le trapu), 58 ans, s'était enfui de l'établissement carcéral sur une moto installée sur des rails à travers un tunnel de 1,5 km, creusé sous la douche de sa cellule et débouchant sur une maison en construction.

Le narcotrafiquant avait échappé de justesse à une arrestation en octobre après que les soldats eurent décidé de ne pas ouvrir le feu sur lui tandis qu'il fuyait aux côtés d'une petite fille, a indiqué Mme Gomez.

Les enquêteurs surveillaient depuis décembre la maison où il a été arrêté vendredi, lors d'un raid mené par les Marines mexicains. Dans la fusillade, cinq narcotrafiquants ont été tués et un militaire blessé.

Guzman et son chef de la sécurité ont tenté de fuir par le système de drainage de la ville, mais les Marines avaient anticipé cette réaction. Il avait en effet employé la même tactique lors de sa fuite en 2014.

Extradition probable

L'arrestation du chef du cartel de Sinaloa apporte un immense soulagement au président Pena Nieto, humilié par la seconde évasion de «El Chapo» d'une prison de sécurité maximale en 15 ans. Après l'interpellation du narcotrafiquant en février 2014, Pena Nieto avait refusé son extradition, promettant de le juger et l'incarcérer au Mexique.

Mais ne pouvant prendre le risque d'une nouvelle évasion de ce chef de cartel dont la légende a considérablement grandi en six mois, les autorités mexicaines pourraient cette fois l'extrader rapidement vers les États-Unis, estiment les analystes. Le gouvernement s'est d'ailleurs dit ouvert à son extradition.

«La grande question n'est pas de savoir s'ils vont l'extrader mais quand», déclare à l'AFP Alejandro Hope, expert en sécurité et ancien membre des services de renseignement mexicains.

Plusieurs hommes politiques américains, dont le sénateur John McCain, ont appelé le président Barack Obama à réclamer l'extradition de Guzman. Mais les avocats du narcotrafiquant pourraient retarder la procédure en arguant qu'il risque la peine de mort aux États-Unis. 

Déjà, l'avocat Juan Pablo Badillo s'est engagé à porter le cas de l'extradition du narcotraficant jusqu'à la Cour suprême s'il le faut. «Une bataille juridique dans le cadre de la Constitution a commencé, elle sera très sérieuse, très dure», a indiqué Me Badillo aux journalistes devant la prison d'Altiplano, à 90 kilomètres de Mexico, où «El Chapo» est incarcéré.  Avec AP

Partager

À lire aussi

  • Sean Penn assure n'avoir rien à cacher

    Monde

    Sean Penn assure n'avoir rien à cacher

    L'acteur américain Sean Penn a affirmé, lundi, qu'il n'avait rien à cacher au sujet de son entrevue avec le baron de la drogue mexicain Joaquin «El... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer