La Corée du Nord semble avoir effectué un essai nucléaire

Une lectrice de nouvelles à la télévision nationale... (Associated Press)

Agrandir

Une lectrice de nouvelles à la télévision nationale nord-coréenne annonce que la Corée du Nord a effectué un essai nucléaire.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
GILES HEWITT
Agence France-Presse
Séoul

La Corée du Nord semble avoir procédé à son quatrième essai nucléaire mercredi, après le recensement par les sismologues d'un tremblement de terre de magnitude 5,1 près de son principal site de tests atomiques.

Le bureau sismologique chinois a estimé sur son site internet que cette activité sismique, survenue deux jours avant l'anniversaire du dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, correspondait à une possible «explosion».

Le Japon a également estimé qu'il s'agissait d'un «possible essai nucléaire». «Au vu de cas passés, il est possible qu'il s'agisse d'un essai nucléaire de la Corée du Nord», a déclaré le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga.

Les services météorologiques sud-coréens ont expliqué à l'AFP que les premières analyses montraient que ce tremblement de terre avait un caractère «artificiel».

La radio officielle de Corée du Nord a déclaré que Pyongyang ferait une «annonce spéciale» à 12h00 locales, sans autre précision sur son contenu.

L'Institut américain de géologie (USGS) explique que l'épicentre du séisme, survenu à 10h00, se situait dans le nord-est de la Corée du Nord, à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Kilju, soit tout près du site d'essais nucléaires de Punggye-ri.

Si cet essai était confirmé, la Corée du Nord devrait être largement condamnée par la communauté internationale. Ses trois précédents essais, menés en 2006, 2009 et 2013, tous sur le site de Punggye-ri, lui avait valu une volée de sanctions internationales qui ne devraient pas manquer d'être durcies.

A Séoul, la Maison Bleue, la résidence présidentielle, a convoqué une réunion d'urgence du Conseil de sécurité nationale, tandis que les autorités tentaient d'évaluer la nature exacte du tremblement de terre.

Affront à la Chine

Les chercheurs de l'Institut américano-coréen de l'Université Johns Hopkins avaient annoncé le mois dernier que des images satellite récentes montraient que la Corée du Nord était en train de creuser un nouveau tunnel à Punggye-ri.

«Il n'existe aucun signe de l'imminence d'un essai nucléaire mais ce nouveau tunnel augmente les capacités de la Corée du Nord à procéder à de nouvelles détonations dans les années à venir si elle choisit cette voie», avait alors dit l'Institut.

Tout nouvel essai nucléaire serait perçu comme un affront fait à la Chine, le principal allié de Pyongyang. Il couperait court aux espoirs d'assister à une reprise des pourparlers à six (Corée du Nord, Corée du Sud, États-Unis, Russie, Chine, Japon) sur le programme nucléaire nord-coréen, au point mort depuis 2008, que Pékin appelle de ses voeux.

Lors de son dernier essai nucléaire, en 2013, Pyongyang avait redémarré un réacteur nucléaire considéré comme sa principale source de plutonium de qualité militaire, sur son site de Yongbyon.

Le réacteur de Yongbyon avait été fermé en 2007, dans le cadre d'un accord échangeant désarmement contre aide humanitaire.

D'après les spécialistes, ce réacteur est capable de produire environ six kilogrammes de plutonium chaque année, de quoi fabriquer une bombe nucléaire. Mais les experts estiment que Pyongyang a actuellement suffisamment de plutonium pour fabriquer jusqu'à six bombes.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer