Retour au travail à San Bernardino après la tuerie

Les travailleurs s'enlacent avant le retour au travail... (Associated Press)

Agrandir

Les travailleurs s'enlacent avant le retour au travail au centre de planification familiale de San Barnardino.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Amy Taxin
Associated Press
San Bernardino

Protégés par une clôture en maillon de chaîne et des gardiens de sécurité, les employés du Inland Regional Center de San Bernardino sont retournés au travail, plus d'un mois après l'attaque de deux tireurs ayant coûté la vie à 14 personnes.

Les employés devaient montrer carte blanche aux gardiens qui les laissaient ensuite entrer dans un stationnement entouré d'une clôture tandis que plusieurs dizaines de journalistes faisaient le pied de grue à l'extérieur du complexe.

Depuis le 2 décembre, bien peu d'employés du centre de services pour personnes atteintes de déficience mentale se sont rendus au travail, à l'exception d'une brève visite pour rassembler des effets personnels.

Melvin Anderson, qui aide à transporter des patients vers le centre, cherchait l'endroit où remettre des documents qui lui permettront d'être payé. La dernière fois qu'il l'avait fait remonte au jour précédant l'attaque.

«C'est terrifiant, vraiment terrifiant mais nous, en tant qu'Américains, devons faire face à la situation et aller de l'avant, a-t-il dit. On doit se ressaisir.»

Plusieurs des 600 employés du centre ont continué de travailler en se rendant au domicile des clients du centre, qui comprennent des enfants autistes et des adultes ayant une déficience mentale. Mais ils n'avaient pas encore eu l'occasion d'être ensemble sur leur lieu de travail après qu'ils eurent été évacués après la fusillade du 2 décembre.

Un inspecteur sanitaire et sa femme ont pris pour cible des collègues du mari réunis dans une salle d'un des trois bâtiments du complexe pour une fête, tuant 14 d'entre eux et en en blessant une vingtaine d'autres. Les deux agresseurs n'ont pas survécu à leur confrontation armée avec la police.

Ce bâtiment n'a pas rouvert ses portes lundi.

Lundi après-midi, plus de 3000 personnes ont assisté à un service commémoratif pour les victimes de la fusillade. Parmi les orateurs invités, il y avait l'ancien maire de New York Rudy Giuliani et le pasteur évangélique Rick Warren. Ils ont tous deux exhorté l'auditoire à tirer quelque chose de positif de la tragédie.

La directrice générale du centre, Lavinia Johson, a raconté que les employés s'étaient mutuellement beaucoup manqués. Ils aspirent à retrouver une stabilité au sein d'une organisation contre laquelle la violence n'aura aucune prise, a-t-elle ajouté.

«La plupart d'entre nous sont soulagés de revenir au travail. Nous souhaitons continuer nos vies dans la normalité. Nous nous sommes tous ennuyés de nos collègues, a-t-elle dit aux journalistes. On veut s'assurer que notre personnel se sente en sécurité dans leur milieu de travail.»

Un repas d'accueil attendait les employés. Des conseillers professionnels étaient disponibles pour ceux qui qui souhaitaient avoir recours à leurs services.

«La plupart des gens prendront un ou deux jours pour se réhabituer, a dit le directeur associé du centre, Kevin Urtz. Il n'existe pas de manuel pour ce genre de situation. Chacun va réagir de façon différente.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer