Le mère d'«Affluenza teen» de retour aux États-Unis

Tonya Couch, la mère d'Ethan.... (Photo Jalisco state prosecutor's office)

Agrandir

Tonya Couch, la mère d'Ethan.

Photo Jalisco state prosecutor's office

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mark J. Terrill, Andrew Dalton
Associated Press
Los Angeles

La mère du fugitif Ethan Couch, connu pour avoir invoqué comme défense la maladie de l'affluenza dans un accident fatal en état d'ébriété, est retournée aux États-Unis sans son fils, dont la déportation a été retardée par un juge mexicain.

Tonya Couch est arrivée à Los Angeles sous la surveillance des marshals américains. Menottée, on l'a fait monter à bord d'un véhicule Dodge Charger, tôt jeudi matin.

On ignore pourquoi elle a été emmenée à Los Angeles plutôt qu'au Texas, où son fils et elle vivent et où Ethan Couch était en probation pour un autre incident de conduite en état d'ébriété. Le porte-parole du service des marshals, Eugene Hwang, ne pouvait répondre à ces questions, ni préciser combien de temps Mme Couch demeurerait en Californie.

En probation

Ethan Couch a reçu en 2013 une probation après avoir été accusé pour avoir provoqué, sous l'effet de l'acool, un accident au Texas ayant fait quatre morts et plusieurs blessés. Les autorités croient qu'il a fui au Mexique avec sa mère en novembre. Les procureurs enquêtaient pour déterminer s'il a enfreint les conditions de sa probation. Sa mère et lui ont été arrêtés lundi, après qu'un appel pour commander de la pizza eut mené à leur arrestation à Puerto Vallarta.

Durant son procès, un expert de la défense avait soutenu que le jeune homme souffrait d'«affluenza», une condition provoquée par le fait de vivre dans l'abondance sans sens des responsabilités. Cette condition n'est pas reconnue comme diagnostic médical par l'association américaine de psychiatrie et cette défense a attiré des critiques au procès.

Transporté à Mexico

Tard mercredi, Ethan Couch a été transporté d'un établissement de détention de Guadalajara à un autre à Mexico, mieux équipé pour garder un migrant durant plusieurs jours ou semaines.

La décision d'une cour mexicaine, remise plus tôt mercredi, donne au juge trois jours pour décider si le jeune homme a des raisons valables pour contester sa déportation. Il soutient que de le déporter violerait ses droits.

Selon la police mexicaine, le duo mère-fils a passé trois jours dans un condo loué à Puerto Vallarta avant de trouver un appartement. L'un de leurs téléphones avait été utilisé pour commander de la pizza. Puis lundi, deux personnes correspondant à la description ont été aperçues et interceptées. Un rapport de la police indique que les deux ont agi de façon évasive, affirmant ne pas transporter de carte d'identité. Ils ont donné des réponses divergentes à des questions sur leur identité et ont refusé de donner des preuves de leur statut migratoire au Mexique.

Ils ont été menés en détention et remis aux autorités de l'immigration.

Un mandat d'arrestation a été lancé contre la mère, Tonya Couch, pour avoir entravé une arrestation, ce qui peut entraîner une peine de prison de deux à 10 ans.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer