Ben Carson voudrait placer des soldats à la frontière canadienne

Ben Carson est souvent l'objet de sarcasmes pour... (AP, John Locher)

Agrandir

Ben Carson est souvent l'objet de sarcasmes pour son inexpérience en géopolitique.

AP, John Locher

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexander Panetta
Agence France-Presse
Washington

Alors que les enjeux de sécurité nationale s'immiscent de plus en plus dans la campagne présidentielle américaine, un candidat à l'investiture républicaine propose de masser des troupes à la frontière avec le Canada.

Ben Carson souhaiterait que l'armée et la Garde nationale soient déployées le long de la frontière mexicaine mais aussi à certains endroits de la frontière canadienne - sans préciser où exactement. Il s'agit là d'une des «Sept mesures pour une Amérique plus sûre», un programme présenté mardi par le neurochirurgien à la retraite.

M. Carson promet aussi de déclarer officiellement la guerre au groupe armé État islamique, de limiter l'octroi de visas de visiteurs, d'établir une zone sécuritaire de réfugiés à l'intérieur même de la Syrie et de soumettre à une enquête le Conseil des relations américano-musulmanes.

Loin derrière Trump

Selon les sondages compilés par le site Real Clear Politics, M. Carson serait quatrième dans les intentions de vote des électeurs républicains dans tout le pays. Il a bénéficié d'un bref engouement il y a un peu plus d'un mois mais l'entrée massive de l'enjeu sécuritaire, avec les attentats du 13 novembre à Paris, l'ont relégué loin derrière le tonitruant Donald Trump.

M. Carson est souvent l'objet de sarcasmes pour son inexpérience en géopolitique - il prononce par exemple «hummus» pour désigner le Hamas palestinien. Or, les questions de sécurité nationale sont au premier plan des préoccupations des électeurs aux États-Unis, selon les sondages. On en a eu la preuve encore mardi avec la couverture en continu par certains médias de l'alerte à la bombe visant les écoles de Los Angeles.

Mais ces débats n'évoquent pas, en général, une présence militaire américaine à la frontière canadienne. Scott Walker a été l'un des derniers politiciens à aborder ce sujet, avant qu'il ne se retire de la course. Le gouverneur du Wisconsin n'avait pas fermé la porte à l'idée de construire un mur à la frontière nord lorsqu'un journaliste lui avait posé la question, mais il s'était rapidement rétracté.

Cette semaine, le Daily Beast a publié un article évoquant la possibilité d'une menace terroriste en provenance du Canada. Le site internet d'information en veut pour preuve le nombre croissant de hijabs observé par un expert en sécurité au nord de la frontière.

Élus canadiens nerveux

Ces craintes rendent les élus canadiens nerveux, car les mesures de sécurité mises en place après les attentats du 11 septembre 2001 ont toujours des impacts sur le commerce transfrontalier et la circulation des personnes et des biens.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer