Trump accuse l'Écosse d'ingratitude

«J'ai fait tellement pour l'Écosse», a réagi Donald... (AP, Charles Krupa)

Agrandir

«J'ai fait tellement pour l'Écosse», a réagi Donald Trump - dont la mère était écossaise -, après qu'on lui ait retiré un doctorat honorique et un titre d'ambassadeur d'affaires.

AP, Charles Krupa

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Le candidat républicain à la Maison-Blanche Donald Trump a reproché jeudi aux Écossais de lui avoir retiré un doctorat honorifique et un titre d'ambassadeur d'affaires, alors que la pétition pour qu'il soit déclaré persona non grata au Royaume-Uni battait des records.

«Les responsables politiques britanniques devraient me remercier plutôt que de céder au politiquement correct», a réagi M. Trump, cité par The Press and Journal, un journal local écossais.

Le gouvernement d'Édimbourg a annoncé mercredi qu'il lui retirait le titre «d'ambassadeur d'affaires» qu'il occupait depuis 2006, estimant que le magnat de l'immobilier n'était «plus qualifié» pour en bénéficier en raison de ses déclarations sur les musulmans. Dans la foulée, c'est l'université Robert Gordon d'Aberdeen qui a indiqué qu'elle lui retirait un doctorat honorifique, soulignant que ses propos étaient «entièrement incompatibles avec l'esprit et les valeurs de l'université».

«J'ai fait tellement pour l'Écosse, notamment en construisant Trump International Golf Links [...] que beaucoup considèrent comme l'un des meilleurs terrains de golf du monde», a encore déclaré Trump,  dont la mère était écossaise. «En outre, j'ai réalisé un investissement significatif dans la rénovation de l'emblématique station touristique de Turnberry [...], qui permettra de revitaliser complètement cette vaste région», a-t-il dit.

Les déclarations du milliardaire américain, réclamant de barrer l'entrée des musulmans aux États-Unis, ont été largement condamnées au Royaume-Uni.

Dans le même temps, une pétition sur le site du Parlement appelant à empêcher son entrée dans le pays dépassait les 450 000 signatures, devenant la consultation en ligne la plus populaire jamais adressée aux députés de Westminster. Le franchissement de la barre des 100 000 signatures signifie qu'elle peut être soumise à débat devant le Parlement.

Ironie de l'histoire, une autre pétition particulièrement populaire sur le site du Parlement (environ 444000 signatures) appelle elle à «fermer les frontières du Royaume-Uni jusqu'à ce que l'État islamique soit battu».

Américains en désaccord

En parallèle, la proposition de Donald Trump de fermer les frontières aux musulmans est rejetée par une majorité d'Américains, mais 4 républicains sur 10 la soutiennent, selon un sondage Wall Street Journal/NBC News paru jeudi. Un Américain sur quatre (25%) soutient l'idée formulée lundi par le candidat républicain à la Maison-Blanche et 57% des Américains y sont opposés.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer