Smog à Pékin: écoles fermées, voitures immobilisées

Les ventes de remèdes traditionnels pour les problèmes... (AP, Andy Wong)

Agrandir

Les ventes de remèdes traditionnels pour les problèmes pulmonaires, de masques chirurgicaux et de purificateurs d'air ont explosé à Pékin.

AP, Andy Wong

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Pékin

Les mesures annoncées par les dirigeants municipaux de Pékin pour lutter contre la pollution atmosphérique suffocante de la capitale chinoise sont entrées en vigueur mardi.

Les écoles ont dû fermer leurs portes, des restrictions ont été imposées aux usines et la moitié des véhicules automobiles ont été retirés des routes.

Ces mesures ont été annoncées lundi, quand Pékin a lancé la première alerte rouge au smog de son histoire. Elles demeureront en vigueur au moins jusqu'à jeudi, quand l'arrivée d'un front froid pourra améliorer la situation.

Les voitures pourront circuler en alternance, un jour sur deux, selon que leur immatriculation se termine par un chiffre pair ou impair. Des autobus et des métros additionnels seront ajoutés en compensation.

Il a été conseillé aux écoles de fermer leurs portes, mais certaines ont choisi de demeurer ouvertes quand même puisqu'elles se disent dotées de système de filtration de l'air adéquats. Le conseil scolaire de Pékin a toutefois donné un ordre distinct pour les contraindre à suspendre leurs activités.

Des inspecteurs municipaux ont installé 670 caméras de surveillance pour s'assurer que les chantiers de construction respectent les consignes. Les ventes de remèdes traditionnels pour les problèmes pulmonaires, de masques chirurgicaux et de purificateurs d'air ont explosé. Les agences de voyages font aussi des affaires d'or en vendant des séjours loin de la capitale à ceux qui recherchent un peu d'air frais.

Concentration de particules

La concentration de particules ultrafines PM2.5 - qui peuvent se loger au plus profond des poumons et causer des problèmes de santé à long terme - surpassait 300 microgrammes par mètre. L'Organisation mondiale de la Santé juge sécuritaire une concentration de seulement 25 microgrammes par mètre cube.

Les concentrations de particules PM2.5 a surpassé 600 microgrammes par mètre cube à Pékin la semaine dernière et a touché 976 microgrammes par mètre cube en banlieue de la capitale.

La pollution atmosphérique qui enveloppe la ville de 22,5 millions d'habitants est si dense qu'elle peut parfois être aperçue de l'espace. On attribue principalement le problème aux centrales énergétiques au charbon, aux émissions des véhicules et des usines, et aux travaux de construction.

La Chine est le plus important producteur mondial d'émissions carboniques. Elle prévoit améliorer ses centrales énergétiques au charbon d'ici cinq ans pour combattre le problème, et elle prévient que ses émissions toucheront un sommet vers 2030 avant de commencer à glisser.

Une étude allemande publiée plus tôt cette année par le prestigieux journal scientifique Nature prévient que la pollution chinoise engendre 1,4 million de décès prématurés chaque année.

L'alerte rouge est le palier le plus élevé d'un système qui en compte quatre. Elle est lancée quand les responsables prévoient trois jours consécutifs et plus de smog grave.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer