L'assaillante de San Bernardino a fréquenté une école coranique

Un mémorial a été installé près de l'établissement... (AP, Jae C. Hong)

Agrandir

Un mémorial a été installé près de l'établissement de services sociaux où Syed Farook et sa femme, Tashfeen Malik, ont tué 14 personnes.

AP, Jae C. Hong

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Multan, Pakistan

La femme qui a tué avec son mari 14 personnes aux États-Unis la semaine dernière a fréquenté l'une des écoles coraniques les plus connues du Pakistan, a indiqué cette madrasa (école) lundi, levant un peu plus le voile sur sa radicalisation.

Tashfeen Malik, 29 ans, s'était inscrite en 2013 à l'Institut Al-Houda dans la ville de Multan, un établissement pour les femmes de classe moyenne cherchant à approfondir leur foi musulmane, a indiqué lundi à l'AFP un cadre de cet institut, Imran Amir.

C'est l'une des écoles coraniques pour femmes les plus en vue du pays, qui a également des bureaux aux États-Unis, aux Émirats, en Inde et au Royaume-Uni.

Cette madrasa n'a pas de lien connu avec des organisations extrémistes, bien qu'elle ait été critiquée pour avoir diffusé une idéologie proche de celle des talibans.

Lundi soir, des agents des services de l'antiterrorisme et du renseignement basés à Multan se sont brièvement rendus à l'école coranique. À leur sortie, ils ont assuré à l'AFP qu'il s'agissait selon eux d'une institution pacifique, sans lien avec des groupes djihadistes.

Tashfeen Malik et son mari Syed Farook, 28 ans, ont été tués après avoir perpétré mercredi dernier à San Bernardino, en Californie, une tuerie saluée par l'EI, qui a qualifié le couple de «soldats du califat».

Les enquêteurs soupçonnent la jeune femme, arrivée aux États-Unis avec un visa de fiancée après avoir vécu au Pakistan mais aussi en Arabie Saoudite, d'avoir radicalisé son mari. L'enquête tente d'établir si elle était en contact avec des extrémistes islamistes dans l'un ou l'autre de ces pays.

Tashfeen Malik était inscrite à plusieurs cours dont un de traduction du Coran, en 2013, a indiqué

M. Amir, de l'administration d'Al-Houda. «Mais elle n'a pas terminé son cursus, elle n'est restée que très peu de temps», a-t-il précisé.

Une porte-parole de l'institut coranique, Farrukh Saleem, a souligné qu'on y enseignait «les préceptes pacifiques de l'islam», soulignant que «ni le gouvernement ni les institutions judiciaires ne nous ont jamais accusés de diffuser l'extrémisme».

Selon deux anciennes camarades d'université, Tashfeen Malik a «énormément changé» pendant la période où elle fréquentait l'école coranique.

«Petit à petit, elle est devenue plus sérieuse et plus stricte», a indiqué une ancienne étudiante.

Islam plus austère

Arif Rafiq, expert au Middle East Institute basé à Washington, estime que «la fréquentation d'un tel établissement suggère qu'elle avait embrassé une variante plus moderne mais plus austère de l'islam».

«Cela a pu la rendre plus sensible à l'idéologie d'un groupe terroriste transnational comme l'EI», a-t-il indiqué, tout en soulignant qu'il était rare que les étudiants d'Al-Houda deviennent des militants.

«La seule fréquentation d'Al-Houda ne répond pas à la question de savoir comment elle a pu faire le saut de musulmane conservatrice voire salafiste à djihadiste», a-t-il ajouté.

Islamabad s'est engagé à s'attaquer au problème des écoles coraniques, soupçonnées d'être un terreau fertile de l'extrémisme.

Mais les efforts du gouvernement pour reprendre le contrôle de ces établissements ont déclenché la colère d'influents dignitaires religieux, qui accusent les autorités de calomnier les leaders musulmans dans le but de promouvoir un «point de vue anti-islamique».

Le couple était radicalisé depuis «un bon moment»

Les deux tueurs qui ont massacré 14 personnes la semaine dernière en Californie étaient des musulmans «radicalisés depuis un bon moment» qui ont planifié leur acte, a expliqué lundi un responsable de la police fédérale américaine.

«Nous avons la preuve que les deux personnes se sont exercées au tir», notamment près de Los Angeles, et l'un de ces exercices a été effectué «dans les jours précédant cet événement» survenu mercredi dernier à San Bernardino, a précisé David Bowdich, directeur adjoint du bureau du FBI à Los Angeles.

Farook Syed et sa femme Tashfeen Malik, le couple marié qui a perpétré cet acte qualifié dimanche de «terrorisme» par le président Barack Obama, «étaient tous deux radicalisés et l'étaient depuis un bon moment», a-t-il ajouté.

 

Syed Farook était un Américain de 28 ans,... - image 3.0

Agrandir

Syed Farook était un Américain de 28 ans, employé du service de santé de la ville et fervent musulman. Il était accompagné lors de la tuerie de sa femme de 29 ans, Tashfeen Malik, qu'il avait épousé en Arabie saoudite, elle aussi musulmane.

Processus sous enquête

L'enquête, qui se poursuit «en collaboration avec les partenaires étrangers» des États-Unis, va désormais s'attacher à expliquer ce processus de radicalisation.

Pour le moment, «nous avons quelques indications sur la chronologie» mais pas de certitudes, a encore expliqué M. Bowdich. «La question maintenant est de savoir par qui et où ils se sont radicalisés. Peut-être qu'il n'y a pas de "par qui". Souvent cela se fait sur Internet.»

Le FBI a les preuves des «planification, participation, financement» des deux tireurs lourdement armés pour commettre la pire tuerie de masse depuis trois ans sur le sol américain.

Le président américain a lui aussi estimé dimanche que le couple avait «suivi la voie délétère de la radicalisation». Il s'est engagé dimanche à traquer les terroristes partout où ils se trouvent, qualifiant de «voyous» et de «tueurs» les membres du groupe État islamique, organisation à laquelle 

Tashfeen Malik aurait fait allégeance avant de passer à l'acte.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer