Deux autres arrestations en lien avec les attentats de Paris

Les policiers à la rescousse des victime du... (Photo archives Agence France-Presse)

Agrandir

Les policiers à la rescousse des victime du Bataclan, lors du funeste 13 novembre

Photo archives Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Paris

La police française a arrêté deux autres personnes en lien avec les attentats terroristes de Paris.

Le premier individu arrêté mardi est un homme de 25 ans qui entretiendrait des liens étroits avec Jawad Bendaoud, qui fait lui-même l'objet d'accusations préliminaires pour avoir hébergé Abdelhamid Abaaoud - le cerveau présumé des attaques qui ont coûté la vie à 130 personnes le 13 novembre.

Cet individu, dont l'identité n'a pas été révélée, a été épinglé par la police antiterrorisme chez lui à Malakoff, au sud de Paris.

Quelques heures plus tard, les policiers se sont rendus avec le suspect à un appartement de Saint-Denis, en banlieue nord de Paris, où ils ont arrêté une femme.

Cette femme, dont l'identité n'a pas non plus été dévoilée, serait la conjointe du premier suspect.

Abaaoud, sa cousine et un autre homme ont perdu la vie lors d'une perquisition policière le 18 novembre, apparemment quelques heures seulement avant qu'ils ne commettent d'autres attentats.

Par ailleurs, le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a révélé mercredi que trois mosquées françaises ont été fermées depuis les attentats. Ce serait la première fois que des mosquées sont fermées en France pour cause de «radicalisation».

Une perquisition menée mercredi dans une des mosquées, à 35 kilomètres à l'est de Paris, a permis de saisir un pistolet 9 mm, un disque dur et de la propagande djihadiste. La mosquée abritait aussi une école coranique illégale. Les deux autres mosquées - à Lyon et Gennevilliers - avaient été fermées la semaine dernière.

Les perquisitions ont mené à l'arrestation d'une personne et 22 autres ont reçu ordre de ne pas quitter la France.

Enfin, les directeurs de la salle de spectacles du Bataclan, où les deux tiers des victimes ont été tués, ont affirmé qu'elle rouvrira ses portes avant la fin de 2016. Ils ont estimé que la salle ne doit pas devenir un sanctuaire ou un lieu de pèlerinage.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer