Trump crée la controverse en se moquant d'un handicapé

Dans un discours livré mardi en Caroline du... (Archives AP, Eric Schultz)

Agrandir

Dans un discours livré mardi en Caroline du Sud, Donald Trump a déclaré que le journaliste atteint d'une maladie congénitale faisait pitié à voir tout en bougeant de manière saccadée pour l'imiter.

Archives AP, Eric Schultz

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Une nouvelle polémique opposait jeudi le milliardaire américain Donald Trump et un journaliste handicapé du New York Times, après que le candidat républicain pour la présidentielle de 2016 eut affirmé que des musulmans aux États-Unis avaient célébré en 2001 le 11 septembre.

La controverse s'est enclenchée mardi lors d'un meeting de campagne de M. Trump en Caroline du Sud, où celui qui est en tête des sondages pour les primaires républicaines a visiblement imité, pour s'en moquer, le handicap d'un reporter. Serge Kovaleski souffre d'après la presse d'arthrogrypose congénitale qui entrave le mouvement de ses articulations, notamment un bras et une main.

Juste avant cette sortie, le milliardaire avait contesté les souvenirs du reporter et d'autres personnes relativement aux lendemains des attentats du 11 septembre. M. Trump soutient, sans toutefois avoir de preuve, que des milliers de musulmans ont été vus en train de célébrer les attaques au New Jersey.

En 2001, M. Kovaleski, qui travaillait alors pour The Washington Post, avait écrit un article avec un collègue une semaine après les attentats disant que les autorités du New Jersey avaient arrêté et questionné «un certain nombre d'individus» qui auraient été surpris à fêter les attaques.

Contrairement à ce qu'avance Donald Trump, le texte ne laissait pas entendre qu'il s'agissait de «milliers» de personnes et un autre article publié par The Star-Ledger, à Newark, avait plus tard établi que cette histoire n'était pas fondée. 

Cela n'a pas empêché l'homme d'affaires de se servir du texte de Serge Kovaleski pour appuyer ses propos et de se fâcher lorsque le journaliste a annoncé qu'il ne se rappelait pas que les gens interrogés pour l'article aient mentionné l'existence d'un groupe important de musulmans célébrant les attentats. «Maintenant, ce pauvre type, il faut voir ce type dire "Oh, je ne sais pas ce que j'ai dit. Oh, je ne me rappelle pas. C'est peut-être ce que j'ai dit"», se moque le candidat à la présidentielle, en mimant avec ses bras et sa bouche quelqu'un affecté par un handicap physique. Sous les rires de l'assistance.

Atelier de sensibilisation

Une oeuvre de bienfaisance a pour sa part offert à Donald Trump un atelier de sensibilisation aux personnes handicapées.

«Si c'est inacceptable qu'un enfant rie du handicap d'un autre sur un terrain de jeux, imaginez un candidat à la présidence qui se moque du handicap de quelqu'un dans un discours politique national», a affirmé Jay Ruderman, de la Ruderman Family Foundation à Boston, qui estime que M. Trump devrait présenter ses excuses à Serge Kovaleski.  Avec AP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer