Les dirigeants mondiaux dénoncent les attaques de Paris

Une femme dépose des fleurs devant l'ambassade française,... (Associated Press)

Agrandir

Une femme dépose des fleurs devant l'ambassade française, à Budapest.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Paris

Les dirigeants mondiaux ont été nombreux à se dire consternés et à condamner les attentats de Paris, qui ont fait plus d'une centaine de morts, vendredi soir.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a dénoncé «les attaques méprisables». Son porte-parole, Stephane Dujarric, a indiqué que M. Ban «espère que les autorités françaises feront tout en leur pouvoir pour traduire les auteurs en justice rapidement».

Le Conseil de sécurité a aussi condamné les «attaques terroristes lâches et barbares» à Paris et a souligné «la nécessité de traduire en justice les auteurs de ces actes terroristes».

Le secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques, Angel Gurria, qui est en Turquie pour le Sommet du G20, a indiqué qu'il «condamnait fermement les attaques terroristes et barbares perpétrées à Paris».

Le pape François, lors d'une conférence téléphonique diffusée à une rencontre entre évêques, a affirmé qu'il ne «comprenait pas» ces gestes «qui ne sont pas humains». Le Saint-Père s'est dit «secoué et attristé» par les événements, ajoutant qu'il prierait pour les victimes et leurs proches.

La reine Élisabeth II a également transmis ses condoléances au président français et à son peuple, affirmant qu'elle et son époux, le prince Philip, étaient «profondément sous le choc et attristés».

La Chine a elle aussi exprimé sa solidarité à la France par la voix de son président, Xi Jinping. «Au nom du gouvernement chinois et du peuple chinois et en mon nom personnel, nous condamnons fermement les actes barbares», a-t-il écrit par voie de communiqué.

Le président tunisien, Beji Caïd Essebsi, qui était en France samedi pour une rencontre déjà planifiée avec son homologue français, a également dénoncé les «attaques barbares» contre Paris alors qu'il se rendait à l'Élysée.

«Effort international concerté»

En Égypte, Abdel Fattah el-Sissi a quant à lui appelé à un «effort international concerté» pour s'attaquer au «fléau du terrorisme» - des propos repris en partie par le président afghan, Ashraf Ghani, qui a rappelé que l'Afghanistan avait été souvent victime d'attaques semblables : «[Les Afghans] ressentent la douleur des Parisiens.»

«Le peuple afghan est aux côtés de la France en ce jour terrible. Le terrorisme est une menace sérieuse pour le monde tout entier et nous sommes unis dans ce combat», a-t-il indiqué.

Le premier ministre indien, Narendra Modi, a lui aussi déclaré que «le monde devait s'unir [...] pour combattre la menace globale majeure de notre temps et défendre nos valeurs et notre façon de vivre». «Plus d'une centaine de personnes ont perdu la vie en faisant ce qu'ils aimaient, ou en passant du temps avec les gens qu'ils aimaient», a-t-il ajouté.

Le premier ministre australien, Malcom Turnbull, a également assuré que «tout autour du monde, nous épaulons le peuple français avec tous les gens libres dans la bataille contre le terrorisme».

Les pays voisins et les partenaires de l'Union européenne de la France - tels que l'Allemagne et le Royaume-Uni - avaient rapidement réagi aux attentats, vendredi soir. Le président américain, Barack Obama, a lui aussi fait une déclaration en début de soirée, vendredi, offrant tout son appui «à son plus vieil ami et allié».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer