Les lieux des attentats

Saint-Denis (Stade de France) (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Saint-Denis (Stade de France)

Lieu de deux explosions, probablement menées par des kamikazes. La première déflagration a été entendue vers 21h20 (heure locale, 15h20 à Québec). Le président français, François Hollande, qui assistait au match amical de soccer France-Allemagne, a été évacué. Mais la foule est restée jusqu'à l'issue du match. Pendant ce temps, les spectateurs prenaient tranquillement sur leur téléphone, la mesure de l'horreur qui se déroulait à l'extérieur du stade : une série de fusillades frappait Paris en plein coeur. La foule a alors choisi de descendre sur le terrain dans un stade bouclé. En soirée, on évoquait quatre morts dont «sans doute trois terroristes» dans les environs du stade.  

Rue Charonne

La cible, un bar, La Belle Équipe, situé au 92, rue de Charonne, dans le 11e arrondissement. Un témoin, Mathieu, 29 ans, a raconté à Libération avoir vu «un mec avec une Kalachnikov». Il était 21h25. Je pense que c'était une arme automatique. Il y a eu 2 salves, peut-être 100 balles ont été tirées. Il y avait des balles qui partaient dans tous les sens», a-t-il relaté. Un autre témoin dit avoir vu un ou des tireurs monter dans une voiture. Au moins six corps ont été aperçus gisant dans la rue Charonne. Sur Twitter, un homme a raconté avoir vu des gens lancer des draps des fenêtres pour couvrir les victimes. «L'horreur totale», a écrit Tommy Bouilly. Un bilan a plus tard évoqué 19 morts.

Rue Bichat

Cette fois-ci, la cible est encore une fois un bar, Le Carillon, situé à l'angle de la rue Alibert et de la rue Bichat dans le 10e arrondissement. Des rafales d'armes automatiques résonnent dans ce bar qualifié de décontracté avec une terrasse bondée en cette belle soirée parisienne. Dans l'établissement, relate Le Monde, se trouvent une dizaine de médecins de l'hôpital Saint-Louis. «On écoutait de la musique quand on a entendu ce qu'on pensait être des bruits de pétards. Quelques instants plus tard, c'était des scènes de guerre. Du sang partout», a relaté l'un d'eux au quotidien. Il dit avoir dénombré au mois 10 morts. «Je n'ai pas pu voir les assaillants. Un ami m'a dit avoir vu un homme avec une arme de guerre.» Quelques heures plus tard, un bilan faisait état de 14 morts. 

Rue de la Fontaine-au-Roi

Non loin de l'avenue de la République se trouve la rue de la Fontaine-au-Roi, les balles ont cette fois pour cible la terrasse d'une pizzéria, La Casa Nostra. Cinq personnes sont abattues par plusieurs rafales d'une «mitrailleuse automatique», selon un témoin, Mathieu, 35 ans, cité par l'AFP. «Il y avait au moins cinq morts autour de moi, d'autres dans la rue, du sang partout. J'ai eu beaucoup de chance.» Une femme en pleurs a relaté la vision d'horreur au journal Le Monde. «Ça tirait de partout. On s'est mis à quatre pattes dans le restaurant. Certains se sont réfugiés dans la cuisine. Nous, on est monté à l'étage. On a appelé la police, mais ça ne répondait pas. Le patron du restaurant a baissé le rideau de fer.»

Le Bataclan 

Cette populaire salle de spectacle d'environ 1500 places est un haut lieu des nuits parisiennes. Vendredi soir, la mythique salle où se produisait le groupe Eagles of Death Metal est devenue le théâtre d'un véritable carnage vers 21h30. Des centaines de personnes y ont été prises en otages, après l'irruption de quatre terroristes. Plusieurs témoins ont relaté que les assaillants ont méthodiquement tué les otages les uns après les autres. L'horreur aura duré plus de deux heures avant que ne soit lancé l'assaut policier. Un assaut «extrêmement difficile», a déclaré à la presse le préfet de police Michel Cadot. «Les terroristes s'étaient enfermés à l'étage, avaient des ceintures d'explosifs.» Le bilan est terrible : une centaine de morts, des dizaines de blessés. Les quatre assaillants sont morts, trois après avoir actionné leur ceinture d'explosifs, selon AFP. Les membres du groupe Eagles of Death Metal, que l'on a pu voir au Festival d'été de Québec en 2013, ont réagi sur Facebook en milieu de soirée. Se disant bouleversés et «de tout coeur avec les gens pris dans ce drame», les membres du groupe californien cherchaient toujours à s'assurer de la sécurité de leur équipe technique au moment de publier leur réaction.

Boulevard Voltaire 

Un autre mort a été signalé sur le boulevard Voltaire, l'artère où se trouve le Bataclan. Peu de détails ont toutefois filtré sur cette attaque et il était difficile, selon l'AFP, de déterminer à quelle distance du Bataclan ont retenti les coups de feu. Diverses sources signalaient aussi une attaque boulevard Beaumarchais.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer