L'écrasement d'un avion de ligne russe fait 224 morts

Les émotions étaient vives chez les proches des... (AP, Dmitry Lovetsky)

Agrandir

Les émotions étaient vives chez les proches des victimes.

AP, Dmitry Lovetsky

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
LE CAIRE

Un avion russe transportant 224 personnes s'est écrasé, samedi, dans une région montagneuse et reculée de la péninsule du Sinaï environ 20 minutes après avoir quitté la piste de l'aéroport d'une populaire station balnéaire de la mer Rouge, a annoncé le gouvernement égyptien. Il n'y a aucun survivant.

Adel Mahgoub, le président de la société d'État qui gère les aéroports civils de l'Égypte, a révélé qu'à l'exception de trois Ukrainiens, toutes les victimes étaient de nationalité russe. Selon le cabinet égyptien, l'appareil avait à son bord 217 passagers, soit 138 femmes, 62 hommes et 17 enfants, ainsi que 7 membres d'équipage. Il a précisé que l'avion était un Airbus 321-200 en service depuis 18 ans.

Selon un haut dirigeant de l'aviation égyptienne, le pilote a informé les contrôleurs aériens qu'il éprouvait des problèmes techniques avant que le contact ne soit coupé.

L'ambassade de la Russie au Caire a confirmé sur Twitter que personne n'avait survécu à l'accident. Les enquêteurs russes ont perquisitionné les bureaux de Metrojet, l'entreprise à qui appartenait l'avion nolisé par l'agence de voyage Brisco établie à Saint-Pétersbourg.

La plupart des corps retrouvés jusqu'à présent étaient calcinés, ont confié des représentants de l'armée et des autorités égyptiennes sous le couvert de l'anonymat. Ils ont ajouté que les secouristes avaient dû franchir à pied quatre kilomètres de terrain accidenté pour atteindre le site.

Dans un communiqué, le ministère de l'Aviation civile a affirmé que des équipes de recherche et de secours militaires avaient découvert la carcasse de l'appareil dans la région de Hassana, à environ 70 kilomètres au sud de la ville d'el-Arish, une zone du nord de la péninsule du Sinaï où les forces de sécurité égyptiennes combattent depuis des années une insurrection qui est maintenant menée par un groupe local affilié à l'État islamique (ÉI).

Selon le communiqué, l'avion est parti de Charm el-Cheikh peu avant 6 h, heure locale, en direction de Saint-Pétersbourg, en Russie, et a disparu des écrans radars 23 minutes plus tard.

Le fait que les circonstances entourant l'accident ne soient pas claires et que le pilote ait fait part de difficultés techniques n'a pas empêché l'ÉI de clamer sa responsabilité par rapport à l'écrasement. L'organisation n'a toutefois fourni aucune preuve et n'est pas réputée posséder les armes nécessaires pour réussir un tel attentat.

Le ministre russe des Transports, Maxim Sokolov, a déclaré à l'agence de presse Interfax que l'information relativement à la revendication de l'ÉI n'était pas considérée comme étant fiable.

À ce jour, les extrémistes dans le nord de la péninsule du Sinaï n'ont pas abattu d'avions commerciaux ou de combat. Certains médias ont rapporté qu'ils avaient maintenant en leur possession des missiles antiaériens russes, mais ce type d'arme ne peut atteindre que des appareils volant à basse altitude.

L'Airbus 321-200 volait à environ 9400 mètres d'altitude au moment où la communication s'est interrompue, ont indiqué les autorités égyptiennes.

Le ministre égyptien de l'Aviation civile, Hossam Kamal, a annoncé que des enquêteurs avaient été dépêchés sur les lieux afin d'examiner les débris et de retrouver la boîte noire.

Plus tôt samedi, un membre du Comité des accidents aériens du gouvernement de l'Égypte avait affirmé devant les médias locaux que le contact avait été brièvement perdu avec l'avion, mais que ce dernier avait réapparu sain et sauf dans l'espace aérien turc.

Le même représentant, Ayman al-Muqadem, a plus tard rectifié le tir en révélant que l'appareil s'était écrasé et que, juste avant l'accident, le pilote avait parlé de défaillances techniques et manifesté l'intention d'atterrir d'urgence. Il a ajouté que l'avion était tombé près de l'aéroport d'el-Arish.

Les centres de villégiature de la mer Rouge de la péninsule du Sinaï figurent parmi les destinations les plus populaires auprès des quelque trois millions de Russes qui se rendent chaque année en Égypte.

Note aux lecteurs: L'avion était un Airbus 321-200. Dans la version précédente, nous avions écrit «Airbus 231».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer