Chine: plus d'enfants, pas plus de croissance

Un enfant chinois à Qiyan dans la province... (Archives AP)

Agrandir

Un enfant chinois à Qiyan dans la province de Shaanxi. La Chine a annoncé jeudi la fin de sa politique d'enfant unique.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Pékin, Chine

Préoccuppé par une croissance qui ralentit et par un choc annoncé sur les retraites, le Parti communiste chinois a décidé jeudi d'abolir la politique de l'enfant unique et de permettre à tous les couples mariés d'avoir deux enfants. Mais la fin de cette politique a peu de chances d'inverser la tendance, selon les économistes.

Cette politique en vigueur depuis des décennies limitait la plupart des couples urbains à un seul enfant. La décision élimine une politique très impopulaire, qui était vue comme une des pires intrusions du gouvernement dans la vie familiale des Chinois.

Les restrictions avaient néanmoins entraîné un déséquilibre important du ratio hommes-femmes en raison d'une préférence traditionnelle pour les garçons et d'une application draconienne qui s'est parfois traduite par des avortements forcés.

La décision n'entraînera pas nécessairement une explosion démographique spectaculaire, puisque le taux de fécondité semblait en déclin même sans la politique de l'enfant unique. Des allégements précédents de cette politique avaient engendré moins de naissances qu'anticipé, et plusieurs jeunes Chinois estiment qu'une petite famille est idéale.

«Dans les faits, la politique de l'enfant unique était déjà abandonnée», souligne Patrick Artus, de la banque Natixis.

Il était déjà permis aux Chinois d'avoir deux enfants sous certaines conditions, et «ce n'est pas pour cela [qu'ils] ont décidé d'en faire plus, pour des raisons qui tiennent à l'évolution des modes de vie, à l'urbanisation, au travail des femmes, au fait que les bonnes écoles sont très chères», poursuit M. Artus.

La deuxième économie mondiale devrait voir sa croissance cette année tomber au plus bas en un quart de siècle, à quelque 7%, loin des rythmes à deux chiffres qu'elle affichait il y a quelques années.

Planification familiale

La Chine - le pays le plus peuplé de la planète avec son 1,4 milliard d'habitants - tente depuis quelques années d'assouplir les restrictions sur la planification familiale mises en place en 1979. Il devait s'agir à l'époque de mesures temporaires pour freiner la croissance de la population et alléger la demande pour l'eau et d'autres ressources. 

Les familles chinoises qui préfèrent fortement un garçon faisaient parfois avorter les foetus de sexe féminin, ce qui a déséquilibré le ratio hommes-femmes. Certains hommes peinent aujourd'hui à se trouver une épouse, donnant naissance à un marché noir où des femmes sont kidnappées et vendues à leur futur «mari».

Les couples qui enfreignaient la règle de l'enfant unique écopaient d'amendes. Ceux qui travaillaient pour le gouvernement risquaient aussi de perdre leur emploi.

Amnistie internationale a prévenu jeudi que les femmes chinoises sont toujours menacées par des avortements non désirés et d'autres formes intrusives de contraception.

«La décision de changer la politique de l'enfant unique en Chine n'est pas suffisante. Les couples qui ont deux enfants peuvent toujours faire l'objet des formes coercitives et intrusives de contraception, et même d'avortements contre leur gré - ce qui est l'équivalent de la torture», a dit par voie de communiqué William Nee, un spécialiste de la Chine pour l'organisation humanitaire.

Les démographes entrevoient également une crise, quand le pays ne disposera plus de suffisamment de jeunes travailleurs pour financer les retraites des aînés.  Avec AFP

La politique de l'enfant unique en Chine

Q Pourquoi la politique de l'enfant unique a-t-elle été adoptée?

R La loi de planification familiale, qui impose à la majorité des couples de n'avoir qu'un enfant, a été officiellement instaurée en 1979 afin de permettre à la Chine de contrôler sa population, la plus nombreuse du monde. Les minorités ethniques étaient cependant largement épargnées et dans les régions rurales, les couples étaient autorisés à avoir un deuxième enfant si le premier était une fille. Selon une étude de 2007, la règle de l'enfant unique ne s'appliquait pas, alors, pour environ 37% des couples chinois.

Comment fut-elle mise en oeuvre?

R Cette politique a longtemps été appliquée par la commission de planification familiale, fusionnée ensuite avec le ministère de la Santé, dont les centaines de milliers de fonctionnaires accordent des permis et infligent des amendes, mais ont usé également de méthodes controversées comme la stérilisation forcée et l'avortement tardif. Les détracteurs de cette politique mettent en évidence de grandes disparités dans l'application de ce contrôle des naissances selon les régions. Le nombre d'avortements a culminé entre 1982 et 1992, à plus de 10 millions par an, avec des pics à plus de 14 millions en 1983 et 1991. Les avortements forcés restent très répandus, en particulier pour les femmes non mariées ou les couples n'ayant pas atteint l'âge légal du mariage (22 ans pour les hommes et 20 ans pour les femmes).

Avec quelles conséquences?

R Les autorités soutiennent que la politique de l'enfant unique a évité environ 400 millions de naissances et contribué à l'essor économique du pays. La population chinoise s'élevait officiellement fin 2014 à presque 1,37 milliard d'habitants. Mais les avortements sélectifs et les infanticides, alimentés par une préférence traditionnelle profondément ancrée pour les garçons, ont conduit à un grave déséquilibre: en 2014, il est né 116 garçons pour 100 filles, pour un ratio total dans la population de 105 hommes pour 100 femmes. Les structures familiales s'en sont également vues bouleversées, et étant donné les carences persistantes du système local des retraites, un enfant unique a souvent à sa charge ses deux parents et ses quatre grand-parents.

Q Pourquoi cet assouplissement?

R Les inquiétudes au sujet de la baisse de la population en âge de travailler en Chine, s'ajoutant à son vieillissement inexorable, ont conduit les autorités à progressivement assouplir la loi.

La population chinoise en âge de travailler a chuté de près de 3,7 millions de personnes l'an dernier, tombant à 915,8 millions. Les 212 millions de personnes âgées représentaient fin 2014 environ 15,5% de la population. Et selon des estimations de l'ONU, 30% des Chinois auront 60 ans ou plus en 2050 - soit bien davantage que la moyenne de 20% attendue mondialement.  AFP

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer