L'ouragan Patricia perd de la vigueur et fait moins de dégâts que prévu

Des passants profitent d'une matinée tranquille à Puerto... (Photo AP, Rebecca Blackwell)

Agrandir

Des passants profitent d'une matinée tranquille à Puerto Vallarta, samedi, quelques heures après le passage de Patricia, dégradée en tempête tropicale.

Photo AP, Rebecca Blackwell

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
PUERTO VALLARTA, Mexique

Après avoir touché terre vendredi soir, l'ouragan Patricia a été poussé vers les montagnes dans l'ouest du Mexique, samedi matin, faisant passer l'ouragan de catégorie 5 en tempête tropicale de catégorie 1.

Un centre de la Croix-Rouge a été transformé... (Photo AFP, Hector Guerrero) - image 1.0

Agrandir

Un centre de la Croix-Rouge a été transformé en abri pour 109 personnes parmi lesquelles des Américains, des Canadiens et des Italiens.

Photo AFP, Hector Guerrero

Des soldats mexicains retirent les buttes de sable... (Photo AFP, Omar Torres) - image 1.1

Agrandir

Des soldats mexicains retirent les buttes de sable érigées pour protéger la ville de Manzanillo, dans l'État de Colima, secteur le plus touché par la tempête. 

Photo AFP, Omar Torres

Les pluies torentielles pourraient toutefois provoquer des inondations et des glissements de terrain au cours des prochaines heures.

Le centre national des ouragans aux États-Unis avait décrit Patricia comme étant le plus puissant jamais vu dans l'est du Pacifique ou dans l'Atlantique. À un certain moment vendredi, ses vents atteignaient 325 kilomètres à l'heure.

La puissance de la méga-tempête était alors comparable à celle du typhon Haiyan, qui avait fait quelque 7300 morts et disparus aux Philippines il y a deux ans, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

Les dirigeants mexicains avaient proclamé l'état d'urgence dans des dizaines de municipalités dans les États de Colima, Nayarit et Jalisco.

Mais contrairement à ce qui avait été envisagé, la station balnéaire de Puerto Vallarta et le port achalandé de Manzanillo n'ont pas été directement touchés par l'ouragan.

Plus de 2000 touristes québécois et canadiens se trouvent présentement dans la région de Puerto Vallarta. La majorité d'entre eux avaient été relocalisés dans des abris, par précaution.

Plusieurs secteurs ont été affectés par des inondations et des glissements de terrain, mais on ne déplore aucune victime. Quelque 200 millimètres de pluie sont tombés sur certaines régions.

Des résidents de la côte mexicaine ont vu des vagues frapper les façades des hôtels, des plages submergées par les eaux et des vents violents arracher des arbres et des poteaux téléphoniques.

«Les vagues rentraient dans l'hôtel», a témoigné Domingo Hernandez, un gardien de l'hôtel Barra de Navidad dans le village balnéaire du même nom dans l'État de Jalisco.

«Toutes les rues de la ville sont remplies d'arbres déracinés», a-t-il dit, en ajoutant que Patricia est la plus forte tempête qu'il ait vue après plus de 25 ans à vivre sur la côte mexicaine. «Pour se déplacer dans la ville, il faut se créer un chemin entre les poteaux téléphoniques, les fils électriques et les arbres qui jonchent les rues.»

Le secrétaire mexicain au Tourisme, Enrique de la Madrid, a déclaré que la station balnéaire de Puerto Vallarta a eu «une chance extraordinaire» en étant relativement épagnée par la tempête historique.

«Certaines montagnes ont eu l'effet d'une barrière, et ont permis de calmer les vents avant qu'ils n'atteignent certaines régions», a-t-il expliqué.

Le président mexicain Enrique Pena Nieto a divulgué une adresse enregistrée vendredi, dans laquelle il stipulait que bien que la tempête semblait avoir causé moins de dommages que ce qui avait été envisagé, «il ne fallait pas baisser la garde de sitôt».

Patricia est devenue une tempête tropicale à la levée du jour samedi avec des vents qui se limitaient à 80 km/h et qui se déplaçaient vers le nord-est du pays.

Une touriste de l'Oregon, Brandie Galle, a indiqué qu'elle s'était réfugiée avec d'autres voyageurs dans une salle de bal placardée de l'hôtel Hard Rock à Puerto Vallarta. Deux heures après que l'ouragan eut touché terre et qu'il devenait évident que l'oeil de la tempête les avait épargnés, des employés de l'hôtel les ont laissés sortir.

Quelques heures plus tôt, des touristes qui souhaitaient à tout prix quitter la région avaient payé des chauffeurs de taxi 400 $ US pour les conduire à 200 km à l'intérieur de terres à Guadalajara, a-t-elle expliqué.

Les aéroports de Puerto Vallarta, Manzanillo et Tepic demeuraient fermés samedi. Mais les autorités ont annoncé qu'un pont aérien serait déployé pour évacuer les touristes qui souhaitaient quitter la région.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer