Clinton se défend pendant 11 heures sur Benghazi

Hillary Clinton... (AP, Carolyn Kaster)

Agrandir

Hillary Clinton

AP, Carolyn Kaster

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Après 11 heures éprouvantes, l'audition-marathon de l'ancienne chef de la diplomatie américaine Hillary Clinton sur les attaques meurtrières de Benghazi en Libye en 2012 a pris fin jeudi soir au Congrès, sans faux pas apparent de la candidate démocrate à la Maison-Blanche.

Celle-ci a répondu toute la journée aux questions de la commission d'enquête créée par la majorité républicaine de la Chambre des représentants pour enquêter sur les attaques du 11 septembre 2012, lors desquelles l'ambassadeur et trois autres Américains ont péri.

L'enjeu de l'audition était éminemment politique. L'affaire Benghazi plane depuis trois ans au-dessus de la candidature de la démocrate à la présidentielle de 2016. Hillary Clinton espère que l'audition de jeudi sera un tournant et permettra de dissiper les théories du complot. 

Seule face aux 12 membres de la commission contrôlée par des républicains hostiles, qui l'accusent de négligence et de manipulation, Hillary Clinton a répété, par moments avec une pointe d'agacement, assumer la responsabilité de l'affaire.

Les républicains de la commission d'enquête sur Benghazi, créée en 2014, reprochent à l'administration de Barack Obama d'avoir d'abord mis l'attaque sur le compte d'une manifestation spontanée. Barack Obama était alors en pleine campagne pour sa réélection. Ce scénario s'est vite effondré.

«Vous avez un attentat terroriste 56 jours avant les élections. Vous pouvez accepter une manifestation à propos d'une vidéo, ça ne vous nuit pas. Mais une attaque terroriste, si», a avancé le républicain Jim Jordan.

Clinton n'a jamais perdu son sang-froid jeudi. Elle a déploré une exploitation partisane de la tragédie. La voix émue, elle a raconté sa «détresse» et ses efforts de toute une nuit pour sauver les Américains encerclés. 

C'était la seconde fois qu'Hillary Clinton témoignait sur le sujet. Mais contrairement aux auditions de janvier 2013, elle n'a pas élevé la voix, jeudi, et les seules altercations se sont produites entre des membres républicains et démocrates de la commission, ces derniers dénonçant l'acharnement des conservateurs à démolir la candidate à la Maison-Blanche, dans un but politique.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer