Espace René-Lévesque: un rêve qui prend forme à New Carlisle

Les fondations du bâtiment de l'Espace René-Lévesque progressent... (Collaboration spéciale Gilles Gagné)

Agrandir

Les fondations du bâtiment de l'Espace René-Lévesque progressent rapidement.

Collaboration spéciale Gilles Gagné

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Gilles Gagné</p>
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(New Carlisle) «C'est le rêve qui fait avancer, mais ce n'est pas en rêvant qu'on avance.»

C'est ainsi, en citant René Lévesque, que le président de la Fondation de la Maison René-Lévesque, le docteur Louis Bernard, résume les huit ans de travail qui déboucheront sur l'ouverture, le 1er juin 2018, de l'Espace René-Lévesque, un lieu d'interprétation présentant le parcours de l'ex-premier ministre du Québec, qui a été élevé à New Carlisle, où se situe l'Espace.

La construction du bâtiment de ce lieu est amorcée depuis le 31 mai. Il sera livré le 15 septembre, et il sera alors «habillé».

«Le contenu va arriver une fois que ce contrat sera terminé», signale Daniel Galarneau, chargé de projet à l'Espace René-Lévesque, en désignant le bâtiment érigé au coût de 1,22 million $. Le projet total se situe à 2,2 millions $.

«À l'intérieur, on retrouvera une salle de projection qui présentera René Lévesque. Il y aura 50 panneaux d'interprétation à l'extérieur. Il faudra faire la visite avec un audioguide. Ça prendra la forme d'un dialogue entre un homme et une femme, toujours ponctué d'un extrait sonore de René Lévesque», note M. Galarneau.

Financement long à boucler

S'il a fallu huit ans pour mener le projet au stade d'éclosion, c'est parce que le financement a été plus long que prévu à amasser.

«On a recueilli 1 million $ en dons privés et le même montant en subventions des divers gouvernements», note le docteur Bernard, à ne pas confondre avec l'ex-conseiller de René Lévesque.

Le projet a connu un déblocage significatif en mars alors que le ministère du Patrimoine canadien a consenti 750 000 $. Quant aux dons privés ou parapublics, les principaux contributeurs sont Québecor (100 000 $), Hydro-Québec (200 000 $), Cominar (100 000 $), le Fonds de solidarité de la FTQ (75 000 $), Power Corporation et la Banque Nationale (50 000 $ chacun). Des milliers de personnes ont aussi contribué.

«Il reste encore 200 000 $ à aller chercher dans le secteur privé», précise Daniel Galarneau. La Fondation de la maison René-Lévesque a placé une somme de 420 000 $ afin d'appuyer l'exploitation du lieu d'interprétation. Sa direction s'est alors servie d'un montant levier de 166 000 $, puisé dans ses fonds, pour recevoir 500 000 $ du programme Placement culture.

La maison dans laquelle a été élevé René Lévesque ne fait pas partie du projet parce qu'elle n'est pas à vendre.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer