La saison de pêche au homard enfin ouverte aux Îles

Après une semaine d'attente, les 325 homardiers ont... (PHOTO FOURNIE PAR NIGEL QUINN)

Agrandir

Après une semaine d'attente, les 325 homardiers ont pu prendre le large samedi à l'aube.

PHOTO FOURNIE PAR NIGEL QUINN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Matane) Après une semaine d'attente, à se demander de jour en jour s'ils pourraient partir en mer, les pêcheurs de homard madelinots ont enfin eu le feu vert de Pêches et Océans Canada, samedi matin à 5h, pour mettre leurs casiers à l'eau. Quelque 325 bateaux ont pris le large. Dès lundi, les amateurs de homard des Îles-de-la-Madeleine pourront se régaler.

En 23 ans de bénévolat au sein du Comité de la mise à l'eau des cages, Robert St-Onge n'en était pas à son premier report pour le grand départ des homardiers. «On a déjà eu un report de deux semaines parce qu'il y avait bien trop de neige, se rappelle-t-il. Parfois, c'était aussi à cause du dragage des ports, parfois à cause des glaces. Ça varie d'une année à l'autre.»

Mais, c'est la première fois qu'il voyait la saison de pêche retardée d'une journée à l'autre, pendant une semaine, à cause des vents. «C'est vraiment à cause du nouveau protocole des vents de Pêches et Océans, précise M. St-Onge. C'est sûr que ça déçoit, mais ça n'a choqué personne. Ça aurait été trop dangereux, de toute façon. On est habitués que la météo conditionne la vie.» Lorsque les vents soufflent à plus de 20 noeuds (37 km/h), le Ministère interdit la mise à l'eau des casiers.

Selon M. St-Onge, les Madelinots ont vécu cette attente avec philosophie. «Quand on voyait ce qui se passait ailleurs avec les inondations, on n'était pas si mal que ça, admet-il. Il y avait des gens coincés dans une situation encore plus dure.»

Avant que les bateaux ne quittent le port... (PHOTO FOURNIE PAR NIGEL QUINN) - image 2.0

Agrandir

Avant que les bateaux ne quittent le port de Grande-Entrée, les gens ont pu assister aux traditionnels feux d'artifice.

PHOTO FOURNIE PAR NIGEL QUINN

L'occasion de fêter

Comme la tradition le veut, la 142e mise à l'eau des cages a été prétexte à la fête. «Le départ des bateaux, c'est un moment de vie qu'on partage avec une communauté, souligne M. St-Onge. C'est quelque chose de touchant.» Une centaine de personnes s'étaient réunies samedi à 4h40 sur le quai de la pointe de Grande-Entrée pour assister aux feux d'artifice. Sur les ports de Grande-Entrée et de Grosse-Île, des bénévoles distribuaient galettes et café aux équipages. «Ça se fait depuis une vingtaine d'années courageusement parce que c'est beaucoup de travail, mentionne Robert St-Onge. C'est un beau geste de solidarité!»

Après que les bateaux eurent largué les amarres, l'Auberge La Salicorne a servi, comme à chaque année, plus de 200 déjeuners pour les gens venus assister au grand départ. La saison de pêche au homard prendra fin le 15 juillet.

***

La pêche au homard des Îles en quelques chiffres

  • 325 bateaux de pêche
  • 850 pêcheurs et aide-pêcheurs
  • 10 quais
  • 273 casiers par bateau
  • 88 725 casiers au total
  • 38 millions $ en 2016 en débarquement de homards
  • 50 % des prises du Québec




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer