Mérule pleureuse et amiante: Mont-Joli aura la démolition à l'oeil

Ces maisons, situées sur le terrain de l'hôpital... (Collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

Ces maisons, situées sur le terrain de l'hôpital de Mont-Joli, contiennent de l'amiante et la première à gauche est infestée de mérule pleureuse.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Mont-Joli) La mairesse de Mont-Joli entend avoir à l'oeil les travaux de démolition de trois maisons sur le terrain de l'hôpital de sa municipalité. Ces résidences contiennent de l'amiante et l'une d'elles est infestée de mérule pleureuse, aussi appelée «cancer du bâtiment».

«On a bien l'intention de les surveiller quand ils vont détruire ces maisons-là, promet Danielle Doyer. Je vais envoyer quelqu'un surveiller ça. Je suis aussi en contact avec le ministère de l'Environnement.»

L'élue a appris par Le Soleil, lors de notre livraison du 17 mars, que la résidence sise au 852, de l'avenue du Sanatorium, à Mont-Joli, était contaminée à la mérule pleureuse. «Je n'étais pas trop de bonne humeur, fulmine Mme Doyer. On n'en revenait pas que le CISSS ne nous informe pas. Le CISSS a mal travaillé là-dedans.» Elle était si mécontente qu'elle a fait retenir le permis pour la démolition tant et aussi longtemps qu'elle n'aurait pas plus de détails sur la façon avec laquelle les travaux seront exécutés. Son inquiétude était d'autant plus grande du fait que les trois résidences à démolir sont situées tout juste à côté du Centre hospitalier de soins de longue durée (CHSLD).

Après avoir exigé une rencontre avec le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, à qui appartiennent les trois bâtiments, la direction de l'organisme a dépêché son coordonnateur des services de fonctionnement et d'entretien des installations matérielles et projets d'immobilisation, François Dubé. Lors de cette rencontre, qui s'est tenue mercredi, la mairesse était entourée du directeur général de la Ville, du directeur de l'urbanisme, du chef du service de sécurité incendie et de la greffière. «J'ai mis le paquet, dit Danielle Doyer. Il [François Dubé] avait l'air un peu embarrassé.»

Précautions

Depuis cette rencontre, Mme Doyer se dit rassurée et fera délivrer le permis pour la démolition. «On nous a dit que du fait qu'il y avait de l'amiante, ça va être dix fois plus sécuritaire que pour la mérule, et qu'ils allaient aussi prendre des précautions pour la mérule, relate-t-elle. Les gens qui vont sortir de là vont avoir des combinaisons pour faire attention de ne pas disperser ça dans l'environnement. Il va y avoir la mise sous pression des trois maisons. Ils vont enlever 99,9% de l'air pour que la contamination par les spores et les fibres d'amiante ne se dispersent pas.» 

Danielle Doyer a appris que l'entrepreneur chargé des travaux, soit Construction Jeannot Dubé de Rimouski, a confié toute la question environnementale du contrat à une firme qui fera le double ensachage des matériaux. Par la suite, Groupe Bouffard de Matane disposera des matières pour les acheminer vers l'un des deux sites d'enfouissement spécialisés situés à Lévis et à Victoriaville.

Selon la mairesse de Mont-Joli, le représentant du CISSS lui a également garanti qu'une fois les maisons démolies, les trois terrains seront exempts de tout contaminant.

***

Le Protocole de New York

Lors de la rencontre avec le porte-parole du CISSS du Bas-Saint-Laurent, le chef du service de sécurité incendie de la Ville de Mont-Joli a fait état du Protocole de New York. Le Guide sur l'évaluation et l'élimination des champignons/moisissures dans l'environnement intérieur, connu sous le nom de Protocole de New York, a été mis en place par le département de la santé de la Ville de New York, il y a plusieurs années. Il a pour but de faire des recommandations sur le traitement des moisissures à l'intérieur des bâtiments. «C'est un protocole qui recommande, lors de travaux de démolition d'édifices, de nettoyer les moisissures et les champignons en général avec un nettoyant, explique Robert Roger. C'est pas nécessairement juste pour la mérule.» Quoi qu'il en soit, l'employé de la Ville de Mont-Joli préfère s'en remettre aux précautions qui seront prises à cause de la présence d'amiante dans les murs des trois maisons à démolir. «La personne du CISSS nous a mis en confiance, souligne M. Roger. Ils ont la volonté de bien faire les choses et on va travailler avec eux.»




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer