Hémodialyse à Rivière-du-Loup: décision inéquitable et partisane, déplorent des élus

Des élus des circonscriptions de Matane-Matapédia et de... (Collaboration spéciale Johanne Fournier)

Agrandir

Des élus des circonscriptions de Matane-Matapédia et de Gaspé considèrent la décision d'instaurer un service d'hémodialyse à Rivière-du-Loup inéquitable et partisane.

Collaboration spéciale Johanne Fournier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Fournier

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Matane) Même s'ils se disent contents pour les gens de Rivière-du-Loup, certains élus à l'est de Rimouski dénoncent la décision de Québec d'instaurer un service d'hémodialyse dans la circonscription du député-ministre Jean D'Amour. Ils considèrent cette décision inéquitable et partisane, puisque certains de leurs concitoyens doivent parcourir jusqu'à 1500 km par semaine pour obtenir leurs traitements à Rimouski ou à Chandler.

Les frais d'immobilisation pour l'implantation du service sont évalués à 4 millions $ et les coûts récurrents à 672 000 $ par année. «D'où va venir le financement, au moment même où on opère des compressions sur tout le territoire? s'interroge le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé. Est-ce que les compressions ont servi à se donner une marge de manoeuvre pour cette annonce?»

Le député est également surpris que la présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS), Isabelle Malo, fasse référence à des promesses électorales libérales pour appuyer sa demande. «Il y a confusion des genres», estime M. Bérubé. Il y voit aussi une certaine iniquité. «Pourquoi ça serait pas acceptable pour les gens de Rivière-du-Loup de faire 100 km vers Rimouski, mais que ça le serait pour les gens de Matane?» demande-t-il encore.

Son homologue de la circonscription de Gaspé n'est pas moins déçu. «Des gens de Grande-Vallée et de Sainte-Anne-des-Monts doivent faire cinq heures aller-retour pour suivre leurs traitements à Chandler ou à Rimouski et on instaure un nouveau service à une heure de Rimouski et à proximité de Québec, s'étonne Gaétan Lelièvre. C'est difficilement explicable.» 

Pétition de 11 000 noms

Le parlementaire rappelle qu'il a déposé une pétition de 11 000 noms, à l'automne, pour revendiquer l'ajout de services d'hémodialyse en Gaspésie. «C'est presque un revers et une insulte aux citoyens de mon comté», va-t-il jusqu'à dire.

Le député croit que le premier ministre, le commissaire à l'éthique et le Vérificateur général devraient être saisis du fait qu'un CISSS use d'engagements politiques partisans. «C'est une gestion partisane des fonds publics, analyse-t-il. C'est du favoritisme!»

Pour le préfet de la Haute-Gaspésie, l'endroit idéal pour ajouter un service d'hémodialyse devrait être Sainte-Anne-des-Monts, à mi-chemin entre Grande-Vallée et Matane. «Le service d'hémodialyse à Rivière-du-Loup, c'est parce que M. D'Amour y est député et qu'il veut se faire réélire», croit Allen Cormier.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer